Mode & Beauté

Fashion Week Milan : le bilan

CoverMedia

29.9.2020 - 13:57

La Fashion Week de Milan s’est terminée et l’on peut en tirer un bilan, à la fois artistique et organisationnel. Car le retour de l’évènement mode dans une ville aussi impactée par la pandémie que l’a été Milan était un pari risqué... mais largement réussi.

Au lendemain de son dernier jour, nous pouvons le dire : la Fashion Week de Milan a été une réussite. Les embûches, nombreuses, ne sont pas venues à bout de la mode italienne et de son grand évènement public qu’est la Fashion Week.

Ce ne fut pas facile : les acheteurs et journalistes étrangers d’Asie, d’Allemagne, de Grande Bretagne et d’Allemagne étaient portés absents depuis des semaines quand des nouvelles mesures drastiques d’entrée sur le territoire italien a rendu quasi impossible l’arrivée des voisins français. Mais Milan a elle aussi pris le pli de la digitalisation.

Si des défilés très attendus comme celui du duo Raf Simons / Miuccia Prada, de D&G ou encore du dernier défilé de Silvia Venturini Fendi avant l’arrivée de Kim Jones se sont tenus, en petit comité ou sans public, ils ont été, comme tous les autres filmés et projetés en ligne. Le vénérable Giorgio Armani ayant même eu les honneurs d’une retransmission télévisée de défilé à huis-clos et d’un documentaire sur sa vie et son œuvre.

Côté mode, l’élégance italienne est impeccablement au rendez-vous. Avec une pointe d’exubérance, comme chez Dolce & Gabbana, ou une retenue romantique chez Fendi ou Valentino, ou une douce modernité chez Hugo Boss.

Au chapitre des innovations, et qui est sans doute l’annonce d’un ère nouvelle, on note que les castings de mannequins sont davantage ouverts à la diversité des âges et des morphologies. Les méchantes langues mettront cela sur le compte de l’impossibilité pour la plupart des tops de se déplacer, mais nous préférons y voir un signe d’évolution « body positive ». Et ce n’est pas Ashley Graham qui a défilé pour Etro qui dira le contraire !

Retour à la page d'accueil

CoverMedia