Une nouvelle marque de fausse fourrure créée par le mannequin Baptiste Giabiconi

Covermedia

19.7.2021 - 20:07

Être beau, stylé et écolo avec de la fausse fourrure ? C’est possible assure le mannequin et musicien Baptiste Giabiconi, qui a créé sa marque House of Fire.

Covermedia

19.7.2021 - 20:07

Baptiste Giabiconi a habitué les maisons de mode à servir leurs collections, du temps où il était mannequin. Mais il avait déjà, dans un coin de sa tête une envie... Aujourd’hui, il la réalise et se fait créateur d’entreprise et directeur artistique de sa propre maison, House of Fire.

Son projet : donner à la fausse fourrure ses lettres de noblesse... tout en étant dans l’air du temps. Car le D.A. veut utiliser cette nouvelle matière comme un soutien à l’inventivité. « La fausse fourrure est une matière hyper tendance et ludique. On peut faire toutes sortes d'imprimés, de formes, avec des touchers très variés, très doux ou plutôt brut », explique-t-il.

Mais, en plus d’avoir un objectif esthétique, Baptiste Giabiconi a des ambitions pour sa maison. La marque est « gender fluid, animal friendly and sustainable », c’est-à-dire écoresponsable, ou, dit plus simplement par le fondateur, qui précise : « Ne pas faire de ségrégation parmi les genres et les peuples, être le plus écolo possible… Ce sont des valeurs fortes que je veux mettre en avant avec la marque. »

Nécessité de faire changer les choses

En matière d’écoresponsabilité, le D.A. de House of Fire a pu voir « que les outils pour faire de la mode de manière plus vertueuse étaient déjà présents et qu'ils étaient amenés à évoluer ». Et cette innovation textile le passionne. « La pression des activités humaines sur la planète est colossale. Il est temps de l'admettre et d'évoluer. Je vois que le monde de la mode a pris conscience ces dernières années de la nécessité de faire changer les choses et de réduire nos impacts quand cela est possible », avance-t-il pour s’inclure dans cette prise de conscience.

Baptiste Giabiconi, qui est aussi chanteur et a été très proche de Karl Lagerfeld, assure que le Kaiser de la mode était lui aussi désireux d’en finir avec l’utilisation de la fourrure animale. Il l’aurait fait en partie pour sa collection Fendi en juillet 2018 et le faisait pour Chanel. En tout cas, House of Fire a bien compris qu’il y avait le feu à la maison si on ne faisait rien pour la planète.

Covermedia