La lumière du soleil de midi en été tuerait le coronavirus

CoverMedia

24.6.2020 - 16:20

25 July 2019, Hamburg: Tourists sit at the beach of Övelgönne in midsummer temperatures. A new heat wave makes Germany sweat with record-breaking temperatures. Photo: Bodo Marks/dpa Where: Hamburg, Hamburg, Germany When: 25 Jul 2019 Credit: Bodo Marks/picture-alliance/Cover Images
Source: Bodo Marks/picture-alliance/Cove

Une étude conduite par des scientifiques retraités du gouvernement américain, le Dr Jose-Luis Sagripanti et le Dr C David Lytle, publiée dans la revue Photochemistry and Photobiology, suggère que la lumière du soleil a un impact sur la propagation du virus responsable de la Covid-19. Mais la controverse persiste !

Alors que les mesures de confinement et que les décès dus au Covid-19 diminuent en France, il est important de rester vigilant face à ce virus mortel, le SARS-CoV2.

Cependant de nouvelles recherches semblent destinées à remonter le moral, les auteurs d'une étude américaine ayant découvert que la lumière du soleil en été peut tuer jusqu'à 90 % du coronavirus dans la plupart des villes en un peu plus d'une demi-heure.

Des scientifiques retraités du gouvernement américain, le Dr Jose-Luis Sagripanti et le Dr C David Lytle, ont publié leurs conclusions dans la revue Photochemistry and Photobiology, affirmant qu'à la lumière du soleil d'été de midi, 90 % ou plus du virus serait inactivé et ne serait plus infectieux en seulement 11 à 34 minutes.

En comparaison, le virus reste potentiellement infectieux pendant un jour ou plus entre décembre et mars dans la plupart des villes du monde.

« La persistance virale, estimée ici pour les villes des latitudes nord où la Covid-19 s'est développé rapidement pendant l'hiver 2019-2020, et une inactivation virale relativement plus importante dans les latitudes plus au sud recevant un fort rayonnement solaire pendant la même période suggèrent un rôle environnemental pour la lumière du soleil dans la pandémie de Covid-19 », ont-ils écrit.

Ces nouvelles recherches sont les dernières à indiquer que le virus, qui a son origine à Wuhan, en Chine, est saisonnier.

Cependant, d'autres experts n'ont pas tardé à signaler l'apparition ou la résurgence du coronavirus dans des régions ensoleillées. « Maintenant (le virus) se trouve dans la « sunbelt » des États-Unis, en Arizona, au Texas et en Floride – et vous ne pouvez pas me dire que ces habitants n'ont pas beaucoup de soleil », a affirmé le Dr Peter Chin-Hong, spécialiste des maladies infectieuses à l'Université de Californie, San Francisco, au Daily Mail.

Le Dr Ben Neuman, biologiste à l'université Texas A&M de Texarkana, a ajouté : « La lumière du soleil va nettoyer une partie du virus qui va traîner, mais il se trouve dans les postillons qui sortent de la bouche de quelqu'un, qui restent brièvement en l'air et qui vont directement dans le nez ou la bouche de quelqu'un d'autre. »

Retour à la page d'accueil

CoverMedia