Mode & Beauté La solitude : aussi mauvaise pour la santé qu’une longue maladie

CoverMedia

12.10.2017 - 17:25

Health & Medicine

When: 25 Mar 2003

When: 25 Mar 2003

**Only for use by WENN CPS**
Health & Medicine When: 25 Mar 2003 When: 25 Mar 2003 **Only for use by WENN CPS**
Covermedia

(Cover) - FR Fitness & Wellbeing - Helen Stokes-Lampard, présidente du Royal College of General Practitioners, s’inquiète de l’impact de l’isolement social sur les patients seuls et son impact sur l’intégralité du système de santé. Par conséquent, elle fait pression pour que le gouvernement britannique donne aux médecins « le temps de veiller », car la solitude peut être une maladie comparable à une maladie au long terme à cause de l’impact qu’elle peut avoir sur le bien-être des patients.

« Les médecins voient des patients, dont beaucoup ont perdu leur conjoint, avec de multiples problèmes de santé comme du diabète, de l’hypertension et des dépressions, mais souvent leur vrai problème n’est pas médical, ils sont seuls, a déclaré Professeur Stokes-Lampard. Les instructions disent qu’il faudrait leur parler de leur poids, de l’exercice et leur prescrire plus de médicaments - mais ce dont ces patients ont besoin est quelqu’un pour les écouter et trouver un but dans la vie. »

On estime que 1,1 million de personnes de plus de 65 ans sont chroniquement seules au Royaume-Uni, et les personnes seules ont plus de risques de développer des maladies cardiaques, la dépression et la démence. Les personnes seules ont aussi 50 pour cent de risque supplémentaires de mort prématurée comparé à celles qui possèdent de bonnes connexions sociales - en faisant un facteur de risque de mortalité précoce ou d’obésité.

« La solitude et l’isolement social ne touchent pas que des personnes âgées. Cela ne peut pas être traité avec des médicaments ou des soins hospitaliers. Mais cela doit être corrigé si l’on veut une approche centrée sur les malades, a-t-elle précisé. L’étude montre que les personnes seules voient plus souvent leur médecin, et dans la plupart des cas, leur médecin était le professionnel avec qui elles étaient le plus fréquemment en contact. »

En plus d’évoquer le thème de la solitude à l’Annual Primary Care Conference de Liverpool, ce jeudi (12 octobre 17), le professeur Stokes-Lampard parlera aussi de l’intense charge de travail et des problèmes de main d’oeuvre qui mènent les médecins au burnout, et s’interrogera pourquoi il y a de moins en moins d’étudiants en médecine qui choisissent cette profession.

Cover Media

Retour à la page d'accueil

CoverMedia