Le lait maternel pourrait protéger des allergies

CoverMedia

1.12.2017 - 14:40

Covermedia

Le lait maternel pourrait aider les enfants à se développer contre certaines allergies. En tout cas c'est ce qu'indique une étude publiée dans le Journal of Experimental Medicine.

Des chercheurs du Children’s Hospital de Boston et de la Harvard Medical School ont conduit une étude sur les rongeurs et ont découvert que le lait des mères exposées à des protéines d’œufs apportait une protection contre l’allergie aux œufs, et ce non seulement pour les petits de la mère, mais aussi pour les petits dont la mère n’avait pas eu de protéine.

L’effet protecteur était le plus fort quand les petits étaient nés d’une mère qui avait reçu la protéine et s’était occupé d’eux.

« Cette étude contrôlée montre que les mères devraient se sentir libre de manger un régime sain et varié pendant la grossesse et pendant l’allaitement, dit le Dr. James R Baker Jr. Manger un panel de nourritures variées durant la grossesse et la période d’allaitement ne rendra pas les bébés allergiques : au contraire, cela aura plutôt tendance à les protéger des allergies. »

Les femmes enceintes ou en période d’allaitement sont parfois encouragées à ne pas manger des aliments qui causent des allergies, tels que le lait, les œufs, des cacahouètes, du soja, du poisson, etc. Cependant, des recherches récentes montrent que donner à manger des cacahouètes à des enfants susceptibles d’y être allergique baissait au lieu d’augmenter les risques que le bébé y devienne allergique.

Le docteur Baker a aussi noté que les régimes alimentaires maternels et donnés durant la petite enfance ne causaient pas d’allergies chez les enfants. La plupart des enfants ne développement pas d’allergies, quelle que soit la nourriture qui leur est donnée, tandis que d’autres en développent malgré un régime optimal. « Plus de recherches sont nécessaires pour démêler les facteurs qui contribuent à développer des allergies qui sont de plus en plus présentes », a ajouté le scientifique.

L’étude a été publiée dans le Journal of Experimental Medicine.

Retour à la page d'accueil

CoverMedia