Le no bra: bonne ou mauvaise idée?

CoverMedia

30.4.2020 - 16:25

Parmi les divers défis et les conseils de beauté, on a vu fleurir sur les réseaux sociaux des témoignages de stars et d’anonymes sur leur refus du soutien-gorge.
Source: Covermedia

Effet confinement ou tendance lourde? Parmi les divers défis et les conseils de beauté, on a vu fleurir sur les réseaux sociaux des témoignages de stars et d’anonymes sur leur refus du soutien-gorge... mais est-ce une bonne idée?

Le Women’s Lib l’avait brûlé dans des manifestations parce qu’il était un signe d’aliénation féminine, mais depuis les années 1970, le soutien-gorge avait fait son grand retour comme partenaire inséparable des femmes de tous les âges. Il avait même été épaulé par le retour éphémère du corset.

Aujourd’hui, les idées féministes ont repris du poil de la bête, dans la société de façon générale parmi les stars et célébrités aussi. La question du bien fondé du soutien-gorge devait un jour se poser. Les malheurs de la marque emblématique de lingerie sexy pour toutes, Victoria’s secret, en sont un signe précurseur.

Des stars, comme Rihanna, Chrissy Teigen, Jennifer Lopez ou Elsa Zylberstein, avaient déjà lancé la mode, mais leurs poitrines jeunes, minces ou ayant rencontré le bistouri des chirurgiens pouvaient le leur permettre sans souci. Le mouvement «no bra» (sans soutif) commençait aussi à se répandre parmi les femmes de toute morphologie. Mais c’est un évènement sur lequel nous n’avons aucune prise et qui touche une très grande partie de la planète qui vient bouleverser la donne: le confinement

Bloquées à la maison, la plupart d’entre nous a, osons l’avouer, mis au rencart le soutien-gorge quand celui-ci ne nous est pas nécessaire.

L’abandon du soutien-gorge est-il néfaste pour les seins?

Et le débat, entamé plus tôt, se poursuit: est-ce une bonne idée ou, au contraire, l’abandon du soutien-gorge est-il néfaste pour les seins? Il ne risque pas d’être tranché maintenant, mais voici les arguments en présence.

Pour le maintien du port du soutien-gorge, même en temps de confinement, même quand on est seule, même quand on est jeune, l’argument d’autorité est que cela empêche la poitrine de tomber, maintenant ou plus tard, le tissu des seins n’étant pas faits pour supporter leur poids toute la journée.

Et pour celles qui préfèreraient le confort d’un soutien-gorge «spécial sports», il faut savoir que ce serait une mauvaise idée (mais on ne sait pas pourquoi). Ne pas porter de soutien-gorge aurait aussi une mauvaise influence sur notre posture dorsale et conduirait le dos à se voûter.

Les opposants disent tout le contraire. Le soutien-gorge bloquerait la circulation sanguine et la circulation lymphatique. Il participerait aussi à l'élévation de la température du sein, ce qui pourrait avoir plusieurs conséquences, dont l'apparition de vergetures, dit un médecin.

D’autres, comme le Dr Rouillon, mettent en avant que «la fermeté et le raffermissement des seins s’améliorent sans soutien-gorge» car «Le soutien-gorge empêche le tissu musculaire de travailler, ce qui accélère le vieillissement du sein». Des femmes ont remarqué que sans soutien-gorge, au bout de quelque temps, le seins tombent moins qu’avant, les tissus musculaires reprenant leur rôle que le soutien-gorge leur ôte.

Mais le problème principal, quand on ne porte pas de soutien-gorge, est le regard des autres, femmes et hommes, qui jugent et, bien souvent condamnent celles qui vivent sans. L’idée de la femme ou fille facile est toujours présente. Or, justement, en période de confinement, voici bien un reproche qui tombe à l’eau!

Retour à la page d'accueil

CoverMedia