Le régime méditerranéen : un effet positif sur les fonctions cérébrales

CoverMedia

16.4.2020 - 16:13

´Esqueixada´ (salted cod salad with tomato and onion), Catalan cuisine When: 01 Jun 2007
Source: Covermedia

Quatre aliments (légumes, céréales complètes, huile d'olive, poisson) qui font partie du régime méditerranéen ont une action avérée sur le cerveau, car ils contribuent à « maximiser la réserve cognitive contre les déficiences et la démence ». C’est ce que prouve une étude du National Eye Institute du Maryland publiée dans la revue Alzheimer's and Dementia.

Le régime méditerranéen, qui regorge de poisson, d'huile d'olive et de légumes, a fait ses preuves en matière de santé et est depuis longtemps associé à la longévité. Or une nouvelle étude, publiée dans la revue Alzheimer's and Dementia, a révélé que ce régime alimentaire avait également un effet positif sur les fonctions cérébrales. Quatre aliments en particulier sont très bénéfiques.

Les résultats ont montré que les personnes ayant un régime alimentaire riche en légumes, en céréales complètes, en huile d'olive et en poisson présentaient les risques les plus faibles de déficience cognitive, soit lorsqu'une personne a des difficultés à se souvenir, à apprendre des choses ou à prendre des décisions. De plus, le poisson et les légumes étaient particulièrement liés à un taux de déclin plus lent, et ces avantages ont été constatés aussi chez les participants porteurs du gène de l'apolipoprotéine E (APOE), ce qui signifie qu'ils ont un risque génétique plus élevé de développer la maladie d'Alzheimer.

« Suivre un régime alimentaire de type méditerranéen a été associé à un risque plus faible de déficience cognitive, mais pas à un déclin plus lent de la fonction cognitive », a déclaré le Dr Emily Chew, autrice principale de l'étude réalisée au National Eye Institute du Maryland. Cependant, une consommation plus importante de poisson était significativement associée à un déclin cognitif plus lent. Le génotype APOE n'a pas influencé ces relations. »

L'équipe a analysé les données de deux essais impliquant près de 8.000 personnes atteintes de dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA). Ils ont découvert que les participants qui s'en tenaient le plus au régime alimentaire présentaient le plus faible risque de déficience cognitive et de meilleures performances aux tests cognitifs.

« Ces résultats peuvent aider à formuler des recommandations diététiques fondées sur des données probantes, renforçant ainsi les preuves que les régimes alimentaires de type méditerranéen peuvent maximiser la réserve cognitive contre les déficiences et la démence », a ajouté Emily Chew.

Retour à la page d'accueil

CoverMedia