Mode & Beauté

Paris Fashion Week : Valentino se joue de la couleur

CoverMedia

2.10.2018 - 13:09

Source: Covermedia

Valentino propose une collection printemps/été 2019 d’une grande élégance où la couleur électrise des tenues aux proportions impressionnantes. Une démonstration magistrale d’un savoir-faire couture offert au prêt à porter.

Après de nombreux défilés qui n’ont misé que sur le noir, le blanc, le nude et les pastels, on apprécie de voir un maître de la couleur officier avec brio sur une collection printemps/été 2019 d’une très grande élégance. Pierpaolo Piccioli, le directeur artistique de Valentino, a emporté l’assistance séduite par ses propositions qui, du monochrome aux mix hyper maitrisé des imprimés aux teintes vibrantes, met la couleur au cœur de sa collection, sur des matières luxueuses, tels le cuir, le taffetas de soie, la mousseline, le crêpe ou encore la dentelle.

Après un grand nombre de pièces noires, blanches, noires et blanches, puis du rouge vif, c’est au tour du lilas, du orange, du brun et du vert amande de se présenter en monochrome. Les imprimés viennent ensuite, qui mêlent avec bonheur des couleurs contrastées ou jouent sur des camaïeux.

Les robes sont le plus souvent longues, mais quelques-unes sont franchement courtes. Très couvrantes (parfois à l’aide d’une cape intégrée à la robe qui encage la femme) ou jouant sur des jeux de transparence qu’autorisent la mousseline et la dentelle (on se souvient d’un impressionnant tailleur pantalon en dentelle ou d’une non moins impressionnante robe en dentelle blanche transparente), les tenues Valentino ne prennent pas position. On cache son corps des regards ou on le montre sans état d’âme, selon l’humeur.

Car les volumes d’une grande maitrise (les amatrices du plissé soleil et des vêtements à l’ampleur manifeste seront ravies) et les couleurs font de la femme Valentino une personne qui utilise le vêtement comme une démonstration d’intention. Intention paradoxale, qui met l’accent sur la visibilité imposante (robe magistrale qui découvre les épaules et magnifie le corps dans une débauche de taffetas brillant) et, en même temps, sur une certaine humilité (quelques robes ont la simplicité des robes de nonnes ou des blouses de peintres).

Cette simplicité se retrouve dans les sandales plates ou les baskets qui accompagnent ces tenues imposantes. Mais les sandales sont, quant à elles, twistées d’un ruban à plumes amovible. Dans la mythologie grecque, c’est Hermès qui a les sandales ailées…

Pour l’anecdote, on note cette immense capeline de paille qui couvre la tête et le visage… Serait-on sur le point de voir naître une véritable tendance, après les créations de Jacquemus ?

Retour à la page d'accueil

CoverMedia