Tendance femme : Punk ou néo-bourgeoise ?

CoverMedia

3.9.2019 - 13:13

Source: Covermedia

La rentrée mode de l’automne 2019 se fait sous les doubles auspices en apparence irréconciliables de l’esthétique punk, d’une part, et de celle que l’on nomme néo-bourgeoise, d’autre part. Laquelle choisirez-vous ?

Entre punk et néo-bourgeoise, vous faudra-t-il choisir, cet automne ? Ces deux univers vestimentaires (mais pas seulement !) ont à l’évidence peu de choses à voir l’un avec l’autre. Et néanmoins, ils cohabiteront dans le paysage.

Peut-être d’ailleurs serait-il plus juste d’accoler aussi l’adjectif « néo » à celui de punk. Car ce mouvement « no future » s’est prolongé dans la mode en jouant sur quelques codes, en oubliant certains au passage. Ceux qui dominent dans cette tendance mode, emportée par Alexander McQueen, Prada, Vivienne Westwood ou Louis Vuitton, reprennent l’idée de la rébellion, du rejet des codes habituels de la féminité : abondance de clous et piques, grosses bottes, mise en avant du noir, du cuir, et aussi du tartan. Les lignes sont vives comme des crans d’arrêt et les piercings ornent généreusement les oreilles. Mais le néo-punk intègre aussi des signes distinctifs des tribus rock ou du mouvement grunge, dans un méli-mélo détonnant. Derrière ce renouveau, certaines verront aussi une prise en compte des revendications du mouvement #MeToo : qui s’y frotte s’y pique, gare à vous !

Rien de tel dans la renaissance de la tendance néo-bourgeoise. Enfin, en apparence, car comme elle est initiée par l’un des plus rocks, voire punk des créateurs, Heidi Slimane officiant chez Celine, rien n’empêche d’imaginer que ces propositions d’élégance classique ne sont là que pour dynamiter eux aussi des codes de la bienséance féminine.

En tout cas, la jupe-culotte permet de conjuguer le plaisir de porter des jupes tout en conférant l’aisance qu’apporte le pantalon. Ce n’est pas pour rien que ses origines remontent au féminisme historique des années 1900 et qu’elle été la bête noire des critiques de mode dans les années 1970 ! Et la cape, de retour cette saison, sait, elle aussi, couvrir ou magnifier à volonté les formes du corps. Le blazer, le pantalon à plis, le trench… autant de pièces volées au vestiaire masculin qui questionnent depuis 50 ans les limites convenues du féminin. Il n’est que les couleur beige, camel, marron qui pourraient laisser penser à une neutralité bienveillante. Mais ce serait oublier les jaunes (Balenciaga) ou orange qui viennent rompre le côté lénifiant du neutre…

Retour à la page d'accueil

CoverMedia