Un lien entre utilisation des réseaux sociaux et dépression

Relaxnews

11.12.2020

Les jeunes adultes passant plus de 300 minutes par jour sur les réseaux sociaux auraient 2,8 fois plus de risque de développer des symptômes dépressifs dans les six mois.
Source: Relaxnews

Combien de temps passez-vous sur les réseaux sociaux chaque jour? L'utilisation quotidienne de médias tels que Facebook, Instagram, Snapchat, ou Twitter pourrait avoir un impact sur votre santé mentale. C'est ce que révèle une étude menée par des chercheurs américains, qui établissent un lien entre le temps passé sur les réseaux sociaux et un risque accru de dépression.

Ce n'est pas la première fois que des scientifiques pointent du doigt la durée passée par les internautes, notamment les plus jeunes, sur les médias sociaux et le risque de dépression. Cependant, les résultats des études antérieures n'avaient pas encore déterminé si la dépression était responsable d'une augmentation du temps passé sur les réseaux sociaux, ou si ces derniers étaient à l'origine de symptômes dépressifs.

«La plupart des travaux antérieurs dans ce domaine nous ont laissés avec la question de la poule et de l'œuf. Nous savons d'après d'autres grandes études que la dépression et l'utilisation des médias sociaux ont tendance à aller de pair, mais il a été difficile de déterminer laquelle est venue en premier. Cette nouvelle étude met en lumière ces questions, car une utilisation initiale importante des médias sociaux a entraîné une augmentation des taux de dépression. Cependant, la dépression initiale n'a conduit à aucun changement dans l'utilisation des médias sociaux», explique le Dr Brian Primack de l'Université de l'Arkansas.

Publiée dans la revue American Journal of Preventive Medicine, l'étude a été réalisée auprès de plus de 1.000 adultes américains âgés de 18 à 30 ans, pour lesquels les chercheurs ont mesuré l'état dépressif à l'aide d'un questionnaire spécifique et ont étudié le temps passé sur des plateformes comme Facebook, Twitter, Reddit, Instagram et SnapChat. 

Pas plus de 2 heures par jour?

Les scientifiques ont observé que les jeunes adultes qui passaient plus de 5 heures par jour sur les réseaux sociaux étaient 2,8 fois plus susceptibles de développer des symptômes dépressifs dans les six mois, en comparaison avec ceux qui les utilisaient moins de 2 heures au quotidien. 

Plusieurs facteurs pourraient expliquer ce constat. Les chercheurs avancent dans un premier temps que le temps excessif passé sur les réseaux sociaux n'est – a fortiori – pas utilisé pour nouer des relations «réelles», accomplir des objectifs personnels ou professionnels, ou s'adonner à des moments de réflexion. Ils mettent également en lumière un point non négligeable qui a d'ailleurs déjà été évoqué dans de précédentes études : le fait que les réseaux sociaux mettent essentiellement l'accent sur les aspects positifs de nos vies; ce qui peut avoir un impact sur l'estime de soi.

«Ces découvertes sont (…) particulièrement importantes à prendre en compte à l'ère de la Covid-19. Maintenant qu'il est plus difficile de se connecter socialement en physique, nous utilisons tous plus de technologies comme les réseaux sociaux. Bien que je pense que ces technologies peuvent se révéler pratiques, j'encourage également les gens à se demander si ces expériences technologiques leur sont vraiment utiles ou si elles risquent de leur faire ressentir un grand vide», conclut le Dr Brian Primack.

Retour à la page d'accueil