Route 66 : 4 étapes sur les traces de Johnny Hallyday

Relaxnews

7.12.2017 - 19:20

Passionné par la culture américaine, Johnny Hallyday avait remonté une nouvelle fois la Route 66, qui traverse les États-Unis, pas plus tard qu'en septembre 2016, a confié son auteur-compositeur Pierre Billon. Ce mythique tracé, qui relie Chicago à Santa Monica sur la côte ouest, pourrait constituer un prochain lieu de pèlerinage pour les fans de l'artiste défunt. Focus sur les quatre étapes clés de ce rêve américain. 

Chicago

La capitale du Midwest constitue le départ de ce voyage qui avale près de 4.000 kilomètres en traversant huit États américains. Les amoureux se baladeront au fil des canaux et ne manqueront pas d'approcher les bords du lac Michigan. Pour une tranche de vie à l'américaine, osez emprunter le vieux métro rouillé de la "Windy City" et visitez le quartier des affaires. Une bonne occasion d'approcher les gratte-ciel de Chicago, qui a longtemps abrité le plus haut building du monde, la Sears Tower (dont le nom actuel est Willis Tower). 

Springfield

Au volant d'une voiture de location, on peut enfin quitter la vie urbaine pour s'enfoncer dans l'histoire américaine. La Route 66 commence à prendre tout son sens à Springfield, à 3h30 de route de Saint Louis, où les baroudeurs ne manqueront pas d'immortaliser sur les rives du Mississipi la "Gateway Arch", symbole de la longue traversée vers l'ouest. À Springfield, les voyageurs auront l'impression de vivre "en vrai" le rêve américain. Rien d'étonnant, puisque la ville est le berceau de la Route 66. L'expérience d'un cinéma drive-in, qui consiste à suivre une séance au volant de son bolide, est incontournable, tout comme les hot-dogs sur bâtonnet. Une visite de la maison d'Abraham Lincoln s'impose. Le 16e président des États-Unis y a vécu pendant 17 ans avant d'accéder aux plus hautes fonctions. Les férus d'histoire n'oublieront pas d'aller frotter le nez du buste en or de Lincoln, devant le monument funéraire. Il paraît que cela porte chance ! 

Oklahoma City/Amarillo

Prochaine étape : Oklahoma City. En se dirigeant vers la capitale de l'État d'Oklahoma, on emprunte la même route que celle des Indiens. Le tracé a été surnommé "la piste des larmes" et on y trouve notamment une autre Miami, dont le nom provient d'une tribu indienne. La grandeur d'Oklahoma City contraste avec les petites bourgades rurales qui s'enchaînent sur la route de cet État concentrant quelque 700 kilomètres de l'itinéraire total. On continue de se prendre pour un cow-boy en prenant la direction d'Amarillo. Si la découverte de la vie texane constitue un des moments forts de la Route 66, la surprise risque d'être aussi grande en apercevant le "Cadillac Ranch", une rangée de dix Cadillac toutes taguées et plantées verticalement dans le sol, selon la même orientation que les pyramides d'Égypte. La prouesse artistique incarne à elle seule la fameuse Route 66 sur les cartes postales.

Grand Canyon

Le "road trip" approche ce que bon nombre de curieux convoitent : le Grand Canyon. Cette étape offre de multiples occasions de découvrir l'Ouest américain. On peut survoler cette immensité géologique en hélicoptère, faire de la descente en rafting, et pourquoi pas se lever aux aurores pour assister au lever du soleil sur Zabriskie Point dans la Death Valley (à quatre bonnes heures de route du Grand Canyon, certes). Bref, il vaut mieux anticiper son itinéraire pour enchaîner chaque visite des parcs nationaux américains.

On renouera avec la civilisation en terminant le voyage à Las Vegas. Les puristes, qui auront assez de temps, boucleront la Route 66 à Santa Monica, en Californie, où le panneau "Santa Monica Pier" officialisera la fin d'un voyage aussi grandiose qu'énigmatique.

Retour à la page d'accueil

Relaxnews