Ludovic Magnin

«Lucien Favre à Nice ? Ça me simplifie la vie»

blue Sports / Nicolas Larchevêque

28.6.2022

Entraîneur du FC Lausanne-Sport, Ludovic Magnin a réagi au micro de blue Sports à la nomination de son «mentor» Lucien Favre à la tête de l’OGC Nice. Le coach de 43 ans est également revenu sur le recrutement estival du LS effectué jusqu’à présent.

Ludovic Magnin : «Lucien Favre à Nice ? Ça me simplifie la vie»

Ludovic Magnin : «Lucien Favre à Nice ? Ça me simplifie la vie»

Entraîneur du FC Lausanne-Sport, Ludovic Magnin a réagi au micro de blue Sports à la nomination de son «mentor» Lucien Favre à la tête de l’OGC Nice. Le coach de 43 ans est également revenu sur le recrutement estival du LS effectué jusqu’à présent.

28.06.2022

blue Sports / Nicolas Larchevêque

28.6.2022

Lundi, Lucien Favre a été nommé au poste d’entraîneur de l’OGC Nice. Une nouvelle qui a ravi Ludovic Magnin. «Naturellement, pour moi, d’avoir un de mes mentors au-dessus de moi, que je peux toujours appeler et demander des conseils, c’est extraordinaire», a ainsi confié le Vaudois de 43 ans au micro de blue Sports lors d’un point presse d'avant-saison, organisé mardi à la Tuilière.

Selon le coach du LS, le retour de Favre sur la Côte d'Azur va également profiter aux deux clubs appartenant à Ineos. «De savoir que je vais économiser énormément d’heures de vidéos, ça me simplifie la vie. Parce que si Lucien me conseille un joueur, je n’ai pas besoin de le regarder pendant des heures», a-t-il estimé.

En parlant de recrutement, le club vaudois s’est montré très actif jusqu’à présent sur le marché des transferts avec pas moins de cinq arrivées : Brighton Labeau (Stade Lausanne-Ouchy), Raphael Spiegel (FC Wintertour), Dominik Schwizer (FC Thoune), Olivier Custodio (FC Lugano) et Raoul Giger (FC Aarau).

Et visiblement, Magnin semble bénéficier d’une certaine liberté en la matière. «Ce que j’ai la possibilité de faire à Lausanne, c’est quelque chose d’exceptionnel. Je ne l’ai pas eue au FC Zurich ou au SCR Altach. De pouvoir décider, à deux ou à trois, des transferts, c’est quelque chose que l’on ne trouve pas partout dans le foot moderne», a expliqué l’ancien défenseur de l’équipe de Suisse.

«A partir de là, si ça marche, c’est bien. Si ça ne marche pas, je sais que les responsabilités seront de mon côté», a-t-il ajouté. Réponse donc dès le 15 juillet prochain pour le Lausanne-Sport, qui lancera sa saison sur la pelouse du néo-promu en Challenge League, l’AC Bellinzone.