Les bons mots de Federer et de Benzema

ATS

29.6.2021 - 20:46

ATS

29.6.2021 - 20:46

La seizième édition du Championnat d'Europe de football a lieu du vendredi 11 juin au dimanche 11 juillet 2021. Retrouvez "La Gazette de l'Euro", laquelle relate tous les faits croustillants du tournoi.

Karim Benzema et Roger Federer ont réagi après la défaite de la France face à la Suisse.
Keystone

"Revenir encore plus fort"

Karim Benzema s'est adressé aux fans de l'équipe de France mardi au lendemain de l'élimination face à la Suisse. «Triste et déçu suite à l'issue du match, j'aurais aimé continuer à vous faire vibrer encore longtemps. Merci pour votre soutien, merci pour la force que vous m'avez donnée. Rien n'est jamais facile, on continue à se battre pour préparer l'avenir et revenir encore plus fort». Rappelé en Bleu pour la première fois depuis 2015, l'attaquant du Real Madrid a inscrit quatre buts dans cette compétition: un doublé contre le Portugal, puis un autre en deux minutes lundi contre la Suisse. Égalant au passage le nombre de buts inscrits en sélection par son ex-entraîneur madrilène, Zinédine Zidane.

Consécration

Victorieux de la France, pour la première victoire de la Suisse en match à élimination directe dans une grande compétition depuis 83 ans, les joueurs suisses ont reçu les félicitations de leur plus célèbre compatriote de la planète sportive, Roger Federer. «Énorme, super fight, avec coeur, et maintenant quart de finale», a écrit le natif de Bâle sur Twitter après la victoire de la «Nati». De son côté, le lauréat de 20 tournois du Grand Chelem vise un neuvième titre à Wimbledon.

Tchèques frustrés par Bakou

Les Tchèques sont déçus de devoir jouer leur quart de finale contre le Danemark dans la ville de Bakou, capitale de l'Azerbaïdjan, car cela découragera nombre de leurs fans d'effectuer le déplacement. Lors de la qualification contre les Pays-Bas en huitièmes à Budapest, 7000 supporters tchèques avaient pris place dans un stade bondé. Mais il sera autrement plus difficile pour ces inconditionnels de se rendre à Bakou pour le quart de samedi. «Je ne comprends pas ce choix et je ne m'en suis pas encore remis», a pesté le milieu de terrain Antonin Barak. «Nous ne pourrons pas y amener nos fans et nos familles. Si nous avions joué à Copenhague, le Danemark aurait certes évolué à domicile, mais nous aurions pu encore avoir le soutien de nombreux supporters». Les déplacements des supporters tchèques lors des trois matches du premier tour avaient déjà été très limités en raison des restrictions liées au Covid-19 en Grande-Bretagne. «Nous sommes très déçus du choix de Bakou parce qu'à Budapest nous avions pu pour la première fois profiter d'une vraie ambiance d'Euro», a abondé l'entraîneur-adjoint Jiri Chytry.

"Bambi" accepte son surnom

 Jamal Musiala, l'attaquant allemand de 18 ans, s'accommode du surnom de «Bambi» qui lui colle à la peau depuis quelques jours. «Je trouve ça rigolo, et quand on vous donne un surnom, ça prouve aussi quelque part qu'on est accepté par l'équipe», dit-il. Son coéquipier du Bayern Leroy Sane a été le premier à l'appeler ainsi: «Depuis, quelques personnes m'appellent Bambi, en référence au film, peut-être parce que je suis un peu mince et l'un des plus jeunes», ajoute le plus jeune Allemand à jamais être entré en jeu lors d'un tournoi majeur.

Un but qui change une vie

Oliver Bierhoff, actuel directeur de la Fédération allemande de football, a inscrit le «but en or» de la finale de l'Euro-1996 contre les Tchèques. Il admet que ce coup d'éclat «a changé (sa) vie», convaincu que sans ce but, il n'aurait pas eu la carrière de dirigeant qui est la sienne. Bierhoff est entré ce soir-là à la 69e minute: il a d'abord égalisé (1-1, 73e). Les prolongations n'ont ensuite duré que cinq minutes: Bierhoff a placé un tir en pivot peu puissant, mais le gardien Petr Kouba s'est troué. L'éphémère règle du «but en or» donnait alors la victoire à la première équipe qui marquait en prolongations.

ATS