Benjamin Pavard ironise «Actuellement je suis plutôt côté gauche... sur le banc !»

AFP/blue Sport

14.6.2024

À trois jours du premier match de l'équipe de France à l'Euro 2024 face à l'Autriche (lundi à 21h), Benjamin Pavard, le défenseur des Bleus, est apparu très décontracté ce vendredi en conférence de presse.

AFP/blue Sport

14.6.2024

Présent ce vendredi en conférence de presse avec Olivier Giroud, à trois jours de l’entrée en lice de l'équipe de France à l’Euro 2024 contre l’Autriche, Benjamin Pavard a été interrogé sur son positionnement et son temps de jeu, lui qui sur les quatre derniers matchs des Bleus est resté à deux reprises sur le banc. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que le défenseur de l'Inter Milan ne manque pas d'humour, ni d'autodérision.

A une question sur sa préférence pour le poste de défenseur central, le Français de 28 ans a répondu, dans un large sourire, qu'«actuellement, il était plutôt sur le banc, côté gauche», lui qui est passé numéro quatre dans la hiérarchie des défenseurs centraux derrière Dayot Upamecano, Ibrahima Konaté et William Saliba.

«C'est le choix du coach, je m'adapte», a expliqué le champion du monde 2018, qui compte 54 sélections pour 5 buts marqués. «Je ferai ce que le coach me demande, que ce soit latéral droit ou central», a certifié Pavard, aligné sur le côté droit de la défense pour les 25 dernières minutes de la victoire contre le Luxembourg (3-0), le 5 juin, le poste qu'il a le plus souvent occupé en sélection.

«Je préférerais jouer dans l'axe, mais l'équipe de France, ça passe au-dessus de tout. Porter ce maillot, c'est un rêve d'enfant. Je m'adapte à n'importe quelle situation. Je ne me pose pas de questions. Je suis bien dans la tête. Je suis bien physiquement. On verra si le coach fait appel à moi à quel poste il me mettra», a insisté Pavard.

Au Mondial au Qatar, il n'a joué que le premier match contre l'Australie (4-1), sur le côté droit de la défense. «C'est vrai qu'en 2022, je n'ai pas joué. Mais mentalement, physiquement, je me sens bien, prêt à aider l'équipe, que ce soit comme remplaçant, si je rentre ou si un jour je joue. Je suis là pour le collectif et j'espère qu'on va faire un grand Euro», a conclu l'auteur du but élu le plus beau au Mondial 2018, sa volée contre l'Argentine (4-3).