Formule 1 Lewis Hamilton saboté par sa propre écurie ?

ATS

21.6.2024 - 18:12

Le patron de l'écurie de F1 Mercedes, Toto Wolff, a révélé que la police menait une enquête après l'envoi «par un fou» d'un e-mail affirmant que l'équipe sabotait la monoplace de Lewis Hamilton. Le pilote anglais partira chez Ferrari la saison prochaine.

Toto Wolff a fait des révélations sur l’écurie de Lewis Hamilton.
Toto Wolff a fait des révélations sur l’écurie de Lewis Hamilton.
KEYSTONE

21.6.2024 - 18:12

«Il ne provenait pas d'un membre de l'équipe, cet e-mail est choquant, quelqu'un parle de mort. Nous avons demandé à la police de rechercher l'adresse IP (qui identifie l'expéditeur, ndlr). Ces abus en ligne doivent cesser, on ne peut pas se cacher derrière son téléphone et s'en prendre aux pilotes comme cela», a déclaré le dirigeant autrichien, qui est apparu très en colère vendredi en marge du Grand Prix d'Espagne.

«Comment pouvez-vous imaginer que les 1500 personnes travaillant nuit et jour dans l'équipe pourraient causer du tort volontairement à l'une de leurs monoplaces, c'est complètement irrationnel», a pesté Wolff. L'e-mail, envoyé le 10 juin et intitulé «potentiel arrêt de mort pour Lewis», sous-entendait que Lewis Hamilton était moins bien traité par Mercedes que son coéquipier George Russell après que le septuple champion du monde a décidé en début d'année de quitter l'écurie fin 2024 pour rejoindre Ferrari.

Aucun ressentiment

Wolff était accusé dans l'email d'être «vindicatif» à l'égard de son ancien protégé et de tout faire «pour se venger du pilote pour avoir décidé de quitter Mercedes». Le dirigeant autrichien a totalement réfuté ces allégations.

«Nous voulons être performants avec le meilleur pilote qu'on ait jamais eu. On respecte totalement les raisons qui l'ont poussé à aller chez Ferrari, il n'y a aucun ressentiment», a martelé Toto Wolff. «Lewis fait partie de l'équipe depuis 12 ans, nous sommes amis, nous nous faisons confiance et nous voulons terminer notre collaboration sur une bonne note», a ajouté le patron de Mercedes, qui a qualifié de «lâches» les personnes responsables de tels abus en ligne.

ATS