Lüthi clôt sa belle carrière : «Grande joie par rapport à tout»

ATS

14.11.2021 - 13:42

ATS

14.11.2021 - 13:42

Thomas Lüthi a terminé sa carrière sur une 12e place à Valence en Moto2. Le pilote bernois a réalisé l'une de ses meilleures performances de la saison.

Moto2 rider Thomas Luthi of Switzerland rides with a Swiss flag at the end of the Valencia Motorcycle Grand Prix, the last race of the season, at the Ricardo Tormo circuit in Cheste, near Valencia, Spain, Sunday, Nov. 14, 2021. (AP Photo/Alberto Saiz)
Thomas Lüthi 12e pour sa dernière course
KEYSTONE

Il faut dire que l'ancien champion du monde 125cm3 2005 s'est toujours senti à l'aise sur ce circuit où il a célébré l'une de ses 17 victoires en GP en 2014 et son 65e et dernier podium en 2019 en tant que vice-champion du monde Moto2.

La conclusion d'une jolie carrière de presque deux décennies, avec deux dernières saisons très moyennes, avait été annoncée la veille lors des qualifications où il avait signé le 6e temps. La dernière fois que l'Emmentalois avait été plus haut sur la grille, c'était en novembre 2019, également à Valence.

La dernière course de la saison a dû être relancée deux fois après un incident impliquant trois pilotes dès le deuxième virage. Cela n'a pas affecté le Bernois, qui était en 7e position grâce à un bon départ. Remonté à la 5e place, il a progressivement cédé du terrain à ses adversaires pour finir au 12e rang à dix secondes du vainqueur, Raul Fernandez.

Trois questions à Thomas Lüthi

Thomas Lüthi a mis un terme à sa carrière de pilote en championnat du monde en prenant la 12e place du GP de Valence Moto2. Le Bernois s'est confié à Keystone-ATS après sa dernière course.

Vous finissez avec le sourire après ce 12e rang?

«Absolument. J'arrive à un moment où je peux regarder ma carrière dans sa globalité, et pas seulement sur un jour ou un week-end. Je ressens une grande joie par rapport à tout ce que j'ai pu vivre et apprendre durant ces années. Je suis heureux et fier. La joie prédomine, même si c'est dommage d'abandonner la moto.»

Comment avez-vous pu aborder ce Grand Prix?

«Honnêtement, c'était difficile de rester concentré. Le deuxième départ a été bon, j'ai pu rester devant, mais j'ai vite eu des problèmes d'adhérence avec la roue arrière. Je n'ai dès lors pas pu pousser comme je l'espérais et rester avec les meilleurs.»

Etes-vous content de ce résultat?

«Finir 12e avec le numéro 12, c'est OK. Surtout que ma famille, mon amie et plein d'amis étaient venus ici à Valence. J'ai trouvé ça très beau. Quand j'ai vu avant la course qu'ils avaient tous le même t-shirt, cela m'a fait quelque chose. Il a fallu faire abstraction de tout ça pour réussir ma course. Cela n'a pas été facile, mais j'y suis parvenu.»

Titre pour Gardner

Le titre est lui revenu à Rémy Gardner. Au bénéfice d'une belle avance de 23 points, l'Australien a préféré contrôler la course au lieu de risquer la sortie de piste. Il savait qu'il pouvait se permettre une 13e place si Fernandez gagnait. Il a fini 10e.

Gardner et Fernandez se retrouveront la saison prochaine en catégorie reine. Celle-ci débutera le 8 mars avec le GP du Qatar à Losail.

En Moto3

En Moto3, c'est l'Espagnol de 18 ans Xavier Artigas (Honda) qui a remporté sa première course. Malgré une chute dans le dernier tour, Pedro Acosta, a été sacré champion du monde. Il s'était assuré du titre au Portugal dimanche dernier devenant, à 17 ans, le deuxième plus jeune champion du monde de l'histoire. L'Espagnol, qui débutait au niveau mondial cette saison, sera promu l'an prochain en Moto2.

ATS