Premier virage, premier incident ! Les 24h du Mans sont partis

16.6.2018

Rafael Nadal, récent vainqueur de son onzième Roland-Garros, a donné aux soixante voitures engagées le départ des 24 Heures du Mans samedi à 15h00. Sébastien Buemi et son équipe se sont élancés de la pole.

Son compatriote Fernando Alonso, coéquipier de Buemi, s'est élancé en pole position au volant de la Toyota 8, et espère s'adjuger dimanche la deuxième partie de la Triple couronne du sport automobile (après le Grand Prix de F1 de Monaco, qu'il a gagné en 2006 et 2007, et avant les 500 Miles d'Indianapolis).

Malheureusement, dès le départ, on a pu assister à un premier carambolage. La Rébellion n°1 et la Dragonspeed n°10 se sont heurtés dès le premier virage de cette 86e édition de l'épreuve mancelle. La vidéo ci-dessous:

Vidéo Eurosport

Signe de l'effervescence autour du double champion du monde de F1, le grand marshall de cette 86e édition, le Belge Jacky Ickx, sextuple vainqueur dans la Sarthe, qui a piloté la voiture de tête lors du tour de tour de lancement, a plaisanté: "J'ai accepté ce rôle car c'était la seule manière pour moi d'être un jour devant lui".

Toyota, qui n'a jamais remporté la classique mancelle en dix-neuf participations, devra pour cela éviter les accidents et les pannes qui l'ont accablé ces dernières années. Le constructeur japonais aligne deux véhicules hybrides en catégorie reine (LMP1), face à huit prototypes non-hybrides alignés par des équipes privées, vingt LMP2, dix-sept GTE Pro et treize GTE Am.

A noter la première participation, outre Alonso, d'autres pilotes de renom passés par la F1, dont le Britannique Jenson Button (SMP Racing/LMP1) et le Colombien Juan Pablo Montoya (United Autosports/LMP2).

On attend une météo couverte mais sèche et des températures comprises entre 20 et 22 degrés en journée samedi et dimanche, autour de 15 degrés au coeur de la nuit.

Retour à la page d'accueil