Super League

Cameron Puertas, le baromètre du Lausanne-Sport

vasc, ats

11.12.2020 - 15:49

Cameron Puertas est de retour pour le Lausanne-Sport. Suspendu lors de la défaite 4-0 à Zurich, le milieu de terrain sera à nouveau là pour donner le ton contre Saint-Gall dimanche (16h00) en Super League.

Cameron Puertas retrouvera le LS après un match de suspension.
Keystone

Quand Cameron Puertas est là, Lausanne va. Ou au moins, le LS existe, même si cela n'est pas gage de victoire. En revanche, quand il sort à la pause à Saint-Gall le 29 novembre dernier, Lausanne finit par perdre un avantage de deux buts. Ou lorsqu'il est suspendu à Zurich dimanche dernier, son équipe passe à côté.



L'équipe de Giorgio Contini est-elle dépendante de son milieu de 22 ans? «C'est lui qui met l'agressivité, il déclenche le pressing et quand il est au duel, il ne lâche pas un joueur. Ça le rend important dans l'entrejeu, d'autant qu'il permet de décharger Kuki (réd: Stjepan Kukuruzovic) de certaines tâches», juge l'entraîneur de la Tuilière.

Quinze duels par match

Puertas est le baromètre du LS: l'intensité qu'il met indique celle de son équipe. Cela se sent. Même si le joueur est plus modeste. «Je ne dirais pas que l'équipe dépend de moi, se retient le Vaudois. Peut-être que si j'avais été présent à Zurich, nous aurions perdu aussi. Mais si je mets moins d'intensité, il y a des choses que mes coéquipiers auront plus de difficultés à faire.»

L'énergie qu'il met n'est en tout cas pas feinte. Elle se traduit par des chiffres. En Super League, par exemple, aucun autre joueur ne dispute autant de duels: près de quinze par match, loin devant tout le monde. En termes de tacles tentés aussi, il survole le championnat.

«C'est vrai que j'ai besoin de cette activité pour me sentir bien, atteste-t-il. Mais j'ai dû corriger un peu certaines choses, parce que j'étais parfois trop à fond.» Autrement dit, lâché dans l'arène, le «taureau» Puertas peut se disperser. «Il a toujours eu cette rigueur, cette volonté de gagner des duels, mentionne Contini. Mais le fait qu'il ait été notre premier joueur à être suspendu pour quatre cartons jaunes n'est pas un hasard. Il faut le canaliser.»

Il gagne en maturité

On lui demande de tenir un peu mieux son positionnement, de garder en lucidité lorsqu'il est en possession du ballon. Il progresse: «Avant, il pouvait récupérer trois ballons, mais les perdre tous les trois ensuite, évoque l'entraîneur. Maintenant, cela change un peu, il apprend à ne pas précipiter les choses et à choisir la simplicité.» Une forme de maturité. A son âge, elle n'est pas si tardive, lui qui n'était pas forcément titulaire en Challenge League.

En Super League, en revanche, il devient indispensable. Cela est d'autant plus remarquable qu'il n'a pas suivi un cursus classique. A treize ans, Puertas était encore gardien. Le Team Vaud ne l'avait pas gardé et il est parti à Renens. C'est là qu'il a commencé à jouer dans le champ, avant de se fixer au milieu et de très vite être aligné en 2e Ligue, avec Forward-Morges, à seulement 16 ans, sous les ordres de l'ancien international Christophe Ohrel.

Un détour qui lui a fait prendre du retard. Tactiquement, physiquement aussi. «Quand je suis revenu au LS, en M21, je devais être à 100%. J'ai eu des coups de mou.» Il a fallu apprendre à vivre en joueur de foot: faire des siestes, manger mieux. Mais sur le terrain, il n'a jamais éprouvé quelconque crainte. L'avantage d'avoir déjà joué contre des adultes: «Bien sûr, des fois, je me faisais bouger. Mais le fait d'affronter des adversaires plus âgés m'a servi pour la suite.»

Au point de ne pas faire sentir sa différence de gabarit (il ne dépasse pas les 1m80), même en Super League. Le LS doit maintenant en profiter pour déployer son jeu: Puertas compensera.

Retour à la page d'accueilRetour au sport

vasc, ats