En confiance, Sion a un coup à jouer face à YB

ATS

9.8.2020

Sion ne peut plus reculer. L'occasion est trop belle pour les Valaisans d'aller accrocher une finale de Coupe de Suisse, lors de leur déplacement à Young Boys dimanche (16h00).

Avec notamment un Pajtim Kasami en grande forme, le FC Sion aura ses chances face à YB.
Keystone

En petit classique de la Coupe de Suisse (Sion a remporté quatre de ses treize succès en finale contre YB, en 1980, 1991, 2006 et 2009), cette affiche laisse entrevoir une fin de saison un peu plus emballante que celle imaginée. Avec un tel duel, cette Coupe sans qualification européenne à la clé reprend un petit peu d'intérêt. Et du piment, aussi.

Côté sédunois, il s'agit de profiter de la bonne forme physique affichée. A se demander même si la reprise de l'entraînement tardive après le confinement n'a pas profité à l'équipe de Paolo Tramezzani dans la dernière ligne droite. Il est vrai que la fin de championnat valaisanne a été prometteuse, avec quinze points glanés sur les huit derniers matchs, là où d'autres formations ont tiré la langue.

Et mentalement, cela ne pourrait pas mieux aller, compte tenu de l'année compliquée vécue du côté de Tourbillon. Le maintien direct relevait de l'illusion et son obtention a permis de vivre cette fin de saison beaucoup plus sainement. Certains joueurs incarnent d'ailleurs à merveille cette impression de libération.

On pense forcément à Pajtim Kasami, grand artisan du sauvetage, et qui semble être prêt à donner encore un peu du sien pour décrocher cette finale. C'est lui qui a obtenu le penalty du 2-0 lors de la qualification obtenue jeudi à Rapperswil (2-1 au final). Mais il n'est pas seul. Roberts Uldrikis parvient enfin à masquer ses lacunes techniques par des buts décisifs: celui de la victoire contre Bâle le 8 juillet, celui du maintien à Servette lundi ou l'ouverture du score jeudi. Sa présence athlétique en pointe lui confère une pertinence sans égal dans l'effectif de Tramezzani. Défensivement, Jan Bamert et Birama Ndoye (qui ont pu souffler à Rapperswil) ou Kevin Fickentscher incarnent aussi une solidité retrouvée.

YB a du banc

Ce sont là des arguments qui peuvent compter pour le déplacement du Wankdorf de dimanche. Non pas que Sion sera favori. Mais une semaine après avoir été sacré champion, Young Boys doit encore «pousser la machine» pour aller chercher un doublé qui lui échappe depuis 1958.

Et cela n'est pas si évident. Jeudi, à Lucerne, les Bernois ont eu besoin de 116 minutes pour forcer la décision et s'imposer 2-1 après prolongation. Mais Gerardo Seoane a un atout incontestable: un banc avec des joueurs qui seraient titulaires dans tous les autres clubs de Super League. A commencer par Gianluca Gaudino, auteur du but de la qualification d'une superbe volée. Formé au Bayern, le fils de Maurizio prend de l'importance malgré un temps de jeu encore limité. Mais ses qualités à la création lui prédisent un avenir intéressant à YB.

D'autant plus que ce dimanche, Seoane pourra encore s'appuyer sur Nsame. Mais en sera-t-il de même en cas de finale, laquelle est prévue le 30 août, possiblement contre Bâle (qui affrontera Winterthour dans l'autre demi-finale le 25 août)?

Retour à la page d'accueilRetour au sport