Mondial 2022

La France ne sait plus gagner... et commence à inquiéter 

ATS

4.9.2021 - 22:54

ATS

4.9.2021 - 22:54

Trois jours après avoir concédé le nul contre la Bosnie, la France a partagé l'enjeu (1-1) en Ukraine à l'occasion des éliminatoires de la Coupe du monde. La sélection tricolore reste tout de même en tête du groupe.

La France a partagé l'enjeu en Ukraine.
La France a partagé l'enjeu en Ukraine.
Keystone

Toujours fébriles et peu inspirés, les Bleus ont signé un nouveau match nul dans leurs qualifications au Mondial-2022, peinant à évacuer les doutes qui les accompagnent depuis l'Euro.

Même diminuée par les blessures, dont celle de Kylian Mbappé, et privée de la moitié de ses titulaires habituels, l'équipe de France se devait de réagir dans le stade olympique de Kiev, après quatre matches sans victoire.

Mais les champions du monde, peu flamboyants en attaque et fragiles en défense, ont étiré leur mauvaise série à cinq rencontres, concédant l'ouverture du score pour la cinquième fois de suite avant de réagir péniblement, grâce à Anthony Martial (50e), auteur de son deuxième but en sélection.

Si Didier Deschamps et ses joueurs répètent inlassablement que l'élimination précoce en huitièmes à l'Euro est digérée, la performance du soir, sans idée ni révolte collective, épaissit les inquiétudes, trois jours après la rentrée poussive contre la Bosnie-Herzégovine (1-1).

Après deux alertes sérieuses sur Hugo Lloris, les joueurs de l'Est ont ouvert le score sur un magnifique tir brossé de Mykola Shaparenko. Le milieu de terrain du Dinamo Kiev a profité, en la circonstance, d'un renvoi hasardeux de la défense française.

Le constat était particulièrement amer pour les Français car quelques secondes avant l'ouverture du score, Anthony Martial s'était retrouvé seul face au portier Pyatov et avait échoué pour quelques centimètres.

Le même Martial s'est montré beaucoup plus efficace en reprenant de près une remise de la tête de Rabiot – sans doute entachée d'une faute sur un défenseur ukrainien – pour égaliser d'une reprise dans le petit filet (50e).

ATS