Eriksen

Eriksen : «Même avec un défibrillateur, il n'y a pas de limite»

ATS

8.2.2022 - 15:35

Recruté pour la fin de la saison par Brentford, le Danois Christian Eriksen, victime d'un arrêt cardiaque en plein match à l'Euro, a expliqué mardi qu'il savait «deux jours» après le terrible incident qu'il rejouerait au football.

Le milieu de terrain danois s'était écroulé et avait dû être réanimé sur la pelouse, avant d'être évacué en ambulance.
Keystone

ATS

8.2.2022 - 15:35

Le 12 juin, lors d'un match du premier tour de l'Euro-2020 entre le Danemark et la Finlande, le milieu de terrain s'était écroulé et avait dû être réanimé sur la pelouse, avant d'être évacué en ambulance. «Sur le chemin de l'hôpital, j'ai dit à (ma femme) Sabrina que je pouvais tout aussi bien raccrocher les crampons. Mais ça a changé deux jours plus tard», a-t-il raconté au site internet du club de Premier League.

«C'était une réaction sur le moment. J'ai compris vraiment ce qui m'était arrivé plus tard dans la soirée et les jours qui ont suivi. Les examens ont démarré et (...) je posais plein de questions: Est-ce que je pourrai faire ça ? Et ça ?», a poursuivi le joueur de 29 ans qui porte un défibrillateur cardiaque.

«Mais la sensation quand on entend les médecins dire que, même avec un défibrillateur, il n'y a pas de limite à ce qu'on peut faire et même avec mon problème de santé... Tout dépend du diagnostic et de comment on ressent tout cela», a encore détaillé le Danois.

Si la pose de l'appareil lui a interdit de rejouer avec l'Inter Milan, avec lequel il était sous contrat, Eriksen a dû passer des batteries de tests d'effort pour s'assurer qu'il pouvait supporter un retour à la compétition, avant de signer à Brentford le 31 janvier.

«Rien faire»

«Les premiers mois, je ne pouvais vraiment presque rien faire. Il faut guérir et attendre que tout se remette en ordre (...) Ce n'est que ces quatre derniers mois que le programme de convalescence a vraiment commencé.»

«J'ai retouché le ballon, je suis retourné sur un terrain de foot, sentir l'odeur de la pelouse, remettre des chaussures de foot et tout revient progressivement, l'excitation à l'idée de jouer des matches, d'être dans le stade, de faire partie d'une équipe», a énuméré Eriksen.

Pour le moment, il n'a participé que lundi à son premier entraînement collectif. «En termes de condition physique et de force, je suis à un très bon niveau. Il faut juste que le toucher propre au football revienne.»

ATS