Le Brésil s'offre le choc face à l'Argentine - Messi crie au scandale

ATS / Chris Geiger

3.7.2019

Le Brésil a remporté le choc face à l'Argentine (2-0) en demi-finale de la Copa America. Frustré par l'élimination de l'Albiceleste, Lionel Messi a pesté contre l'arbitrage à l'issue de la rencontre. 

Le Brésil s'est hissé en finale de "sa" Copa America en battant l'Argentine 2-0 à Belo Horizonte. Gabriel Jesus et Roberto Firmino ont chacun marqué et donné une passe décisive.

Jesus est le meilleur buteur de la Seleçao sous la houlette de Tite, avec 17 réalisations. Mais l'attaquant de Manchester City n'avait encore jamais fait trembler les filets dans un grand tournoi alors qu'il avait été titulaire pendant tout le Mondial 2018.

Il ne reste désormais qu'une marche à gravir pour un Brésil en quête d'un neuvième titre en Copa America. Ce sera dimanche, au mythique stade Maracana de Rio de Janeiro, contre le vainqueur de la seconde demi-finale. Le Chili et le Pérou seront aux prises mercredi soir à Porto Alegre.

"C'est un pas de plus vers notre objectif. Beaucoup de gens ont douté de nous, mais nous sommes en train de récolter les fruits de notre travail", a déclaré le capitaine brésilien Daniel Alves, qui a fait un grand match contre l'Argentine.

Pas encaissé le moindre but

Le titre continental n'a jamais échappé au Brésil lors des quatre éditions précédentes jouées à domicile, en 1919, 1922, 1949 et 1989. Et il sera difficile de priver de trophée une équipe qui n'a pas encaissé le moindre but en cinq matches et en a marqué 13.

L'action du premier but brésilien est venue du côté droit, sur une chevauchée fantastique d'Alves. Le latéral parisien a éliminé Acuña d'un coup du sombrero et décalé Firmino, dont le centre à ras de terre a trouvé Gabriel Jesus seul aux six mètres pour pousser le ballon au fond des filets (19e).

Deux montants salvateurs

Ce but a mis un gros coup sur la tête des Argentins, qui ont mis du temps à s'en remettre, mais se sont réveillés sur un coup-franc téléguidé de Messi pour la tête d'Agüero. Complètement battu, Alisson a été sauvé par sa barre transversale (29e).

Juste après la pause, c'est le poteau qui a empêché l'ouverture du score argentine, sur une frappe excentrée de Messi (56e). Le numéro 10 a tenté sa chance à nouveau avec un coup franc direct dont il a le secret, mais Alisson a parfaitement capté le ballon qui partait en pleine lucarne.

Le Brésil commençait à avoir des sueurs froides, mais Jesus s'est remis à marcher sur l'eau pour mettre la Seleçao à l'abri. L'attaquant de Manchester City a débordé sur le côté gauche, prenant de vitesse Otamendi avant de servir Firmino sur un plateau pour le deuxième but brésilien (71e). Une juste rétribution pour l'attaquant de Liverpool, qui lui avait donné un caviar pour l'ouverture du score.

Une action qui a particulièrement frustré Lionel Messi. "Je crois que nous avons fait un grand match, de gros efforts. On ne méritait ce résultat là, ils n’ont jamais été supérieurs à nous. Ils ont de la réussite sur le premier but. Ils inscrivent le deuxième sur un contre."

La Pulga a ensuite taclé l'arbitrage de l’Équatorien Roddy Zambrano. "Ce but intervient alors qu’on nous a oublié un penalty au début de l’action (contact avec Sergio Agüero dans la surface brésilienne). Il y a aussi le penalty sur Nicolas Otamendi (obstruction d’Arthur)."

Le quintuple Ballon d'Or est même allé plus loin dans son coup de gueule, dénonçant carrément un arbitrage maison en faveur de la Seleção. "Ils se sont fatigués de siffler des penaltys discutables. Et, aujourd’hui, ils n’ont même pas été voir la VAR. C’est incroyable. Ça a été comme ça pendant tout le match. Au moindre contact, il y avait faute pour eux. On a pris des cartons, eux non. Ça te sort un peu du match. Tu te dis que l’arbitre n’est pas juste."

La star du Barça a lancé un appel du pied aux instances dirigeantes pour que ce genre d'injustices n'existent plus à l'avenir. "Ce n’est pas une excuse. J’espère que la COMNEBOL fera quelque chose pour ce genre d’arbitrage parce qu’on a tout donné pour gagner. Mais je pense que c’est compliqué parce que le Brésil contrôle tout. On n’a rien à se reprocher", a conclu Messi, qui n'offrira donc pas un nouveau titre à l'Argentine depuis 1993.

Retour à la page d'accueilRetour au sport