Le foot suisse à l'arrêt... en attendant pire?

ATS

2.3.2020 - 16:56

La Swiss Football League a décidé de suspendre ses championnats jusqu'au 23 mars, soit pour trois journées supplémentaires, en raison des risques de propagation du coronavirus COVID-19.

"Une annulation du championnat? Le pire des scénarios"

CEO de la Swiss Football League, Claudius Schaefer a répondu aux questions de Teleclub sur la situation de crise qui touche actuellement le football suisse en raison des risques de propagation du coronavirus.

02.03.2020

La Swiss Football League a prolongé de son propre chef la suspension jusqu'au 23 mars, soit les trois prochaines journées. Treize journées de football doivent encore être disputées d'ici au 31 mai.

La SFL partage l'inquiétude d'être contrainte de jouer dans des stades vides. «On a vu ce qui s'est passé le week-end dernier avec les matches à huis clos dans les patinoires, a rappelé le directeur Claudius Schäfer. Pour l'heure, on veut y renoncer. Il faut se rendre compte que, pour certains clubs, les entrées de spectateurs représentent 40% du budget!»

Les rencontres de Super League et de Challenge League du week-end passé (24e journée) avaient déjà été reportées. L'Association suisse de football avait fait de même pour les quarts de finale de la Coupe de Suisse prévus mercredi et jeudi qui viennent, ainsi que pour toutes les parties allant de la Promotion League aux ligues inférieures. Une décision de l'ASF sur la suite est attendue pour mardi, elle ira probablement aussi dans le sens d'une prolongation de la suspension.

Compréhension des diffuseurs

Il n'y aura donc plus de matches de SFL au moins jusqu'au 3 avril, soit après la pause dévolue aux équipes nationales entre le 23 et le 31 mars. Pause qui risque cela dit également d'être perturbée. L'équipe de Suisse est censée se rendre au Qatar pour y affronter la Belgique et la Croatie. Si la Confédération levait cependant son interdiction de rassemblement, la SFL a prévu de réactiver ses championnats le week-end du 20 au 22 mars (27e journée).

La situation due à la menace de pandémie est un véritable casse-tête pour les instances sportives. Et fait peser un risque financier important pour les clubs, les fédérations, les ligues mais aussi les diffuseurs des compétitions que sont la SSR et Teleclub. «Les télévisions se sont montrées très compréhensives, explique Claudius Schäfer. Ce qui est certain, c'est que nous n'obligerons pas les clubs à jouer à huis clos.»

Ce qui est certain également, c'est que les incertitudes sont nombreuses et anxiogènes. Parce que le spectre d'une annulation hante les esprits et qu'une telle issue aurait de très sérieuses conséquences financières, sportives et, potentiellement, juridiques.

«Situation extraordinairement compliquée»

Des éventualités extrêmes que la Swiss Football League a décidé, pour l'heure, de ne pas commenter publiquement. Claudius Schäfer a joué la montre. Raccourcissement des championnats? Annulation? Huis clos généralisé? Quelle réaction si une ou des équipes sont touchées par le COVID-19? «Toutes les réponses à ces questions interviendront plus tard, répond le CEO de la SFL. Il existe trop d'incertitudes. La situation est extraordinairement compliquée et nous gardons les questions difficiles pour plus tard, lorsque l'on en saura plus.»

Schäfer a tout de même articulé une date, celle du 18 avril, comme dernier délai pour pouvoir reprendre et permettre à la saison d'aller à son terme.

Retour à la page d'accueilRetour au sport