Super League

YB part à la chasse, les Romands loin du bal

ld, ats

29.1.2022 - 05:00

La chasse est ouverte ! Champion d'automne à la surprise générale, le FC Zurich ne cessera de sentir le souffle des Young Boys sur sa nuque lors d'une seconde partie du Championnat de Super League qui s'annonce passionnante.

Nicolas Moumi Ngamaleu (à gauche) et Jordan Siebatcheu vont essayer de surprendre Zurich.
KEYSTONE

ld, ats

29.1.2022 - 05:00

Le duel, à distance tout d'abord avant un premier choc le 19 mars au Wankdorf, débutera ce samedi avec la venue du Servette FC à Zurich et celle de Lugano à Berne. Les Zurichois l'abordent avec une avance de 8 points que l'entraîneur des Young Boys David Wagner estime bien trop conséquente, mais qui apparaît presque ténue aux yeux de l'observateur devant la remarquable impression laissée par l'armada bernoise lors des matches amicaux.

Une réelle marge

Malgré les départs pour le Calcio de Silvan Hefti et de Michel Aebischer et la possibilité d'un transfert de dernière minute de l'un de ses trois attaquants de pointe – Jean-Pierre Nsamé, Jordan Siebatcheu et Wilfried Kanga -, le quadruple Champion de Suisse en titre possède, sur le papier, une réelle marge sur les neuf autres équipes de Super League.



Le fait de ne plus jouer que sur un seul tableau empêchera les Bernois de prendre un seul des dix-huit matches à leur programme à la légère comme ce fut parfois le cas entre deux rencontres de Ligue des Champions. La pression sera, toutefois, immense pour les Young Boys qui entendent goûter toujours l'automne prochain au parfum enivrant de la Ligue des Champions.



Rien à perdre

Pour le FC Zurich en revanche, la situation est plus «confortable». Malgré cette première place à la trêve, le FCZ n'a rien à perdre. Personne ne l'attendait à damer ainsi le pion au FC Bâle et Young Boys.

L'entraîneur André Breitenreiter a eu le bonheur de ne déplorer aucun départ lors du mercato hivernal. Transfuge du CSKA Sofia, l'Estonien Karol Mets peut donner une plus grande assise à la défense. Le seul point noir réside dans la présence du buteur Assan Ceesay à la Coupe d'Afrique des Nations. Quand et dans quel état de forme reviendra le buteur gambien sans lequel rien ne sera possible ?

Bâle dégraisse

Pourtant deuxième du classement avec un point d'avance sur les Young Boys, le FC Bâle ne peut plus vraiment nourrir des espérances lors de ce second tour. Le propriétaire David Degen a dû se résoudre à laisser partir son arme maitresse Arthur Cabral à Florence. Le transfert du buteur brésilien devrait être conclu ces prochains jours.



Son transfert et ceux d'Edon Zhegrova à Lille et d'Eray Cömert à Valence ont rapporté plus de 20 millions de francs au FCB. Davantage que la conquête d'un 21e titre, la priorité est donnée à l'assainissement des finances du club, confronté selon les estimations à un déficit structurel annuel de 30 millions de francs.

Loin du bal

Les clubs romands restent, une fois de plus, loin du bal. Cinquième à sept points de la troisième place mais avec une marge de 13 points sur le barragiste, le Servette FC ne joue pas vraiment pour grand-chose lors de cette seconde phase. L'enjeu sera surtout de regagner le coeur de ses supporters, ulcérés à juste titre d'ailleurs par la manière avec laquelle le club s'est séparé de son capitaine Anthony Sauthier.



Avec un président et un entraîneur qui ont connu comme joueurs l'âge d'or des années 80 où l'identification aux couleurs du SFC était si forte et avec un directeur sportif qui a réussi la plus belle carrière parmi tous les talents formés au club, une telle «bavure» semblait bien improbable. Apparemment, il ne fallait jurer de rien.

Ventre mou

Septième, le FC Sion découvrira enfin les vertus d'une fin de saison dans le ventre mou. Avec respectivement 9 et 10 points d'avance sur Lausanne et Lucerne, les Sédunois ne doivent pas nourrir de craintes excessives. Un maintien «confortable» se dessine pour les joueurs de Paolo Tramezzani.

La question est désormais de savoir si le président Christian Constantin se complaira pour une fois dans l'anonymat d'une fin de saison sans pression excessive. Rien n'est moins sûr...

Tension maximale

La tension sera, en revanche, maximale à Lausanne. Le duel contre la relégation que les Vaudois s'apprêtent à livrer face au FC Lucerne s'annonce infernal. Avec le recrutement du nouvel entraîneur Mario Frick qui entend que son équipe soit la plus «fit» du championnat, le FC Lucerne s'est donné les moyens de remporter ce duel.

A Lausanne en revanche, l'heure de la retraite a, semble-t-il, sonné. Les deux talents du club, Cameron Puerta et Gabriel Bares sont, en effet, partis en Belgique et en France, et Ineos ne bouge pas.



Alors qu'il était prêt à envisager la venue à Nice d'un joueur comme Jesse Lingard dont le salaire à Manchester United a finalement été jugé astronomique, Ineos n'a pas donné au directeur sportif Souleymane Cissé les moyens de renforcer l'équipe. Ce dernier espère toutefois que les venues de Marvin Spielmann (YB) et de Rodrigo Pollero (FC Zurich) insuffleront un nouvel élan à son équipe qui avait affiché un si triste visage lors de son dernier match, ce derby perdu 2-0 à Sion le 19 décembre.


ld, ats