Ligue des champions : un succès pas dû au hasard pour YB

ATS

15.9.2021 - 13:11

ATS

15.9.2021 - 13:11

Aussi surprenante voire sensationnelle soit-elle, la victoire de Young Boys face à Manchester United mardi en Ligue des champions n'est pas due au hasard. Elle est le fruit du travail de longue haleine d'un groupe qui arrive à maturité.

Young Boys - Manchester United 2-1

Young Boys - Manchester United 2-1

Ligue des champions / 1e journée / Groupe F

14.09.2021

L'expulsion d'Aaron Wan-Bissaka à la 35e minute a, bien sûr, servi les desseins d'YB. Mais les hommes du coach David Wagner étaient déjà meilleurs que les Red Devils lorsque ceux-ci évoluaient encore à onze contre onze.

Et la supériorité bernoise s'est accentuée durant la dernière heure de jeu au Wankdorf. Manchester United, qui avait ouvert la marque dès la 13e minute grâce à sa superstar Cristiano Ronaldo, ne s'est ainsi pas procuré la moindre occasion de but après l'exclusion d'Aaron Wan-Bissaka.



Les statistiques ne disent évidemment pas tout. Mais Young Boys a tiré à 19 reprises en direction de la cage mancunienne mardi au Wankdorf, cadrant 11 tirs. ManU n'est pour sa part crédité que de... 2 tirs au total selon les statistiques de l'UEFA!

Tout reste à faire

Tout reste forcément à faire dans ce groupe F, avec encore cinq journées au programme. Manchester United n'a pas perdu son statut de favori de cette poule mardi soir, et YB n'a pas non plus cédé un costume d'outsider qui lui sied à merveille.



N'empêche que la remarquable performance des Bernois a enthousiasmé les observateurs, et pas seulement en Suisse. YB n'était pourtant pas parvenu à évoluer à un tel niveau lors de sa précédente apparition en Ligue des champions, à l'automne 2018.

Young Boys avait alors entamé de la pire des manières sa campagne, s'inclinant 3-0 à domicile face à... Manchester United puis à Turin. Son unique succès – 2-1 face à la Juventus de Cristiano Ronaldo – était tombé lors de l'ultime journée alors que tout était dit.

Une stabilité cruciale

La magnifique victoire obtenue mardi démontre que les Young Boys ont mûri à un tel point que – comme le FC Bâle durant sa longue période faste – ils peuvent, dans un bon jour, soutenir la comparaison avec les meilleures équipes européennes. Et même gagner.

Ce processus de maturation n'a pas commencé à l'automne 2018. Parmi les titulaires de mardi, seuls trois joueurs (Von Ballmoos, Camara et Fassnacht) avaient en effet commencé la rencontre face à Manchester United trois ans plus tôt.



Les douze derniers mois ont en revanche été décisifs dans l'évolution d'YB, dont l'effectif n'a quasiment pas bougé à l'intersaison. Grâce à cet effectif plus homogène, il est même devenu possible de compenser les longues absences comme celles vécues par Fabian Lustenberger ou Jean-Pierre Nsame.

Solskjaer était prévenu

L'entraîneur de Manchester United, Ole Gunnar Solskjaer, connaissait le danger. Le technicien norvégien a fait l'éloge du quadruple champion de Suisse en titre avant le match, non pas avec des phrases creuses mais avec des idées précises. Il avait raison de s'attendre à une partie difficile.

Nouveau sélectionneur de l'équipe de Suisse, Murat Yakin a également pris bonne note du développement des joueurs. Cédric Zesiger, Ulisses Garcia, Sandro Lauper, Michel Aebischer et Christian Fassnacht étaient d'ailleurs tous présents lors du dernier rassemblement. Ils ont pris rendez-vous pour octobre.

ATS