Euro 2020 Itten le sauveur! La Nati à un point du bonheur

ATS

15.11.2019 - 22:54

Le football suisse compte un nouveau héros d'un soir: Cédric Itten. L'attaquant du FC Saint-Gall a délivré l'équipe nationale face à la Géorgie.

Cedric Itten exulte et toute la Suisse respire
Cedric Itten exulte et toute la Suisse respire
Source: KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD

L'attaquant du FC Saint-Gall a délivré l'équipe nationale face à la Géorgie. Introduit à la 71e, il a inscrit l'unique but de la rencontre à la 77e, faisant faire un immense pas à la sélection vers l'Euro 2020.

Le néophyte a armé une tête croisée imparable sur un centre de Denis Zakaria. Cette action, la plus belle des Suisses en seconde période, tombait à pic pour rassurer le public du Kybunpark qui ne pouvait plus masquer sa déception devant le jeu de ses favoris.

Mais la soirée n'aurait pas pu connaître un plus bel épilogue avec la réussite d'un joueur du cru lequel, il ne faut pas l'oublier, avait subi l'an dernier une terrible blessure qui aurait pu briser sa carrière. Ce but en or ouvre en grand les portes de l'Euro 2020 à l'équipe de Suisse.

Lundi, un point à Gibraltar, battu 5-0 vendredi soir au Danemark, sera suffisant pour assurer sa qualification directe. Mais un succès sera impératif pour conserver une chance de remporter ce groupe D et, ainsi, pour figurer dans l'un des deux premiers chapeaux lors du tirage au sort du 30 novembre. Même si tout est possible dans le football, l'insigne faiblesse de l'adversaire met la Suisse à l'abri de toute mauvaise surprise.

Le poids des absences

Touché au mollet lors de l'échauffement, Haris Seferovic a rejoint la longue liste des blessés. Sans le meilleur buteur du dernier Championnat du Portugal, remplacé par Ruben Vargas, Vladimir Petkovic s'est appuyé sur un système de jeu en 3-4-3 avec Renato Steffen sur le flanc gauche.

Préféré à Loris Benito, le joueur de Wolfsburg devait laisser, comme ses coéquipiers, une impression en demi-teinte au cours de la première période. Durant laquelle on aura vu une Suisse souvent inspirée à l'orée de la surface adverse mais aussi une Suisse parfois très fragile dans ses trente derniers mètres.

Il n'est donc pas étonnant que la première réelle occasion de la rencontre soit pour la Géorgie. Plus prompt que Manuel Akanji, Giorgi Kvilitaia voyait sa reprise repoussée par le poteau gauche de Yann Sommer. Cette action tombait presque à point nommé pour rappeler aux Suisses que rien n'était encore acquis malgré le déséquilibre des forces en présence.

Albian Ajeti (24e), qui a manqué de promptitude sur le renvoi du gardien après une frappe de Granit Xhaka, Nico Elvedi (39e), avec une tête repoussée sur la ligne par un joueur de champ, et Manuel Akanji (45e), lui aussi sur une séquence aérienne, se sont procuré les trois premières véritables chances d'une équipe de Suisse certes généreuse mais ô combien amoindrie par le poids des absences.

La mansuétude de l'arbitre

Avant le but d'Itten, la Suisse ne fut pas vraiment à son avantage en seconde période. Le déchet accusé par Ajeti, le manque d'inspiration de Xhaka et cette fébrilité défensive presque étonnante face à un tel adversaire pouvaient susciter bien des inquiétudes.

Le tournant du match fut, peut-être, cette décision de l'arbitre de n'infliger qu'un carton jaune à Steffen pour son intervention de la 74e minute qui aurait dû être sanctionnée d'une expulsion,. Toujours à onze, la Suisse retrouvait enfin la lumière trois minutes plus tard grâce à Cédric Itten.

Les réactions: 

Cedric Itten: «Je n'arrive pas à réaliser. C'était déjà incroyable d'être convoqué et là, ce match à domicile... C'est tellement beau! J'ai entendu le speaker hurler mon nom à mon entrée, j'ai ressenti le soutien du public, c'était magnifique.»

Denis Zakaria: «Ca a été un match assez compliqué. Nous avons réussi à marquer ce but et voilà, il nous reste un match, il faut le gagner. Face à ce genre d'équipes, ça joue sur la durée. Avec la fatigue, l'adversaire fait des erreurs et sur sur une de ces erreurs que nous marquons.»

Stephan Lichtsteiner: «Nous avons fait une bonne première mi-temps, mais il nous a manqué durant tout le match de l'agressivité. Nous n'avons pas bien occupé l'espace devant, nous n'étions jamais devant les défenseurs adverses. Nous avons perdu beaucoup de duels et avons joué un peu avec le frein à main. Nous ne pouvons pas être contents de notre deuxième mi-temps.»

ATS

Retour à la page d'accueilRetour au sport