Binggeli: "c'est mieux de quitter quand vous êtes tout en haut"

3.6.2019 - 11:44, ATS

Christian Binggeli n'est pas certain de poursuivre à la tête de Neuchâtel Xamax.

Le président du club neuchâtelois Christian Binggeli fête le maintien en Super League avec les supporters
Source: KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

C'est ce que le président a laissé entendre lors d'un entretien à la RTS lundi matin, au lendemain du sauvetage spectaculaire de son club en barrage face à Aarau.

«Jeudi (réd: après la défaite 4-0 à l'aller), si je n'avais pas eu autour de moi des amis, un comité et, surtout, une petite fille et une femme, je ne sais pas si j'aurais continué», a expliqué Christian Binggeli. Est-ce à dire qu'il a désormais décidé de poursuivre? «Je ne sais pas, j'ai besoin de quelques jours de réflexion, a-t-il répondu. Peut-être qu'il est mieux de quitter quand vous êtes tout en haut. Mais revivre ça, avec la méchanceté des gens... C'était difficile.»

Interrogé sur sa volonté – ou non – d'ouvrir le capital du club qu'il détient à 100% avec son fils, Christian Binggeli a reconnu qu'il étudiait cette option, pour autant qu'il trouve «quatre ou cinq personnes qui prendraient tant d'actions» tout en garantissant qu'ils mettraient aussi chaque année un peu d'argent. «Alors là, oui», a affirmé le président.

Lequel se félicite d'être «dans les chiffres noirs». «Maintenant, on va calculer à peu près la valeur du club et discuter avec des gens mais, aujourd'hui, je dois le dire, à part Jean-Marc Rohrer (réd: l'ancien président du FC Serrières avec qui Xamax a fusionné) qui s'est approché de moi en me disant qu'il faudrait peut-être ouvrir le capital, personne n'est venu», a conclu Christian Binggeli.

Retour à la page d'accueilRetour au sport

Plus d'articles