Törmänen : "Je ne m'attendais pas à ce que ça aille aussi bien"

ATS

27.10.2021 - 15:48

ATS

27.10.2021 - 15:48

«J'espère être devenu un meilleur coach mais je ne crois pas avoir changé»: Antti Törmänen, l'entraîneur à succès de Bienne, porte un regard humble sur son parcours et celui de son équipe, quelques mois après avoir vaincu un cancer.

Après avoir vaincu le cancer, Antti Törmänen est revenu à la tête du HC Bienne cette saison.
Keystone

L'ancien attaquant finlandais, âgé de 51 ans, revient de loin. En juillet 2020, il apprenait être atteint d'un cancer de la vésicule biliaire, une affection souvent très grave qui touche rarement des hommes de son âge. Après deux ans et demi aux commandes de l'équipe seelandaise, il devait immédiatement se mettre en retrait pour se soumettre à une chimiothérapie forcément éprouvante.

Energique

Aujourd'hui, il se dit en «très bonne santé», accompagnant ses mots d'un large sourire, peut-être autant dû à sa forme personnelle qu'à celle de son équipe, brillante 2e de National League.

En avril dernier, après des soins qui ont produit des résultats meilleurs que prévu, il a pu reprendre son rôle sur le banc biennois qu'avait assuré par intérim l'ex-coach de Berne Lars Leuenberger.

Son équipe s'est encore illustrée mardi soir en allant battre le leader Fribourg-Gottéron (1-0), grâce à une discipline et à une rigueur défensive de tous les instants, et malgré l'absence de quatre joueurs clé. Bienne a remporté 14 de ses 19 matches de championnat.



«Il est revenu comme il nous avait quittés: plein d'énergie et avec le feu sacré», observe le fidèle défenseur biennois Kevin Fey. Törmänen a demandé à ses joueurs de ne pas se préoccuper de son état de santé et d'aller de l'avant, tout en leur assurant qu'il se portait bien.

Un coach positif

Le Finnois a la réputation de faire confiance à ses joueurs, d'éviter de les marquer à la culotte et de leur insuffler la foi en leurs capacités. «Ma philosophie n'a pas changé», a dit l'intéressé à Keystone-ATS. «Comme coach, je dois prendre des décisions parfois dures, mais d'un autre côté, le staff est dans le même camp que les joueurs. Ils savent que nous sommes là pour les aider.»

Le capitaine Gaëtan Haas confirme que Törmänen s'efforce toujours d'accompagner et de guider son équipe. «Quand quelque chose ne tourne pas rond, il cherche à t'aider, il n'exerce aucune pression. Il te dit 'essaie ceci, essaie cela', ou encore 'continue'. C'est très agréable de bosser avec lui», explique le Jurassien bernois.

«J'ai été absent un an. J'ai beaucoup analysé et développé quelques nouvelles idées», précise le technicien finlandais. Par rapport à l'équipe qu'il dirigeait il y a deux ans, avant le diagnostic de son cancer, il a observé que de nombreux joueurs avaient progressé.

Törmänen, champion de Suisse en 2013 avec Berne, est particulièrement motivé à l'idée de réussir sa meilleure saison avec Bienne. A son actif, trois places dans les cinq premiers en autant de saisons dans le Seeland, avec deux demi-finales. En attendant éventuellement mieux, il savoure: «Je connaissais le potentiel de l'équipe mais je ne m'attendais pas forcément à ce que ça aille aussi bien.»

ATS