Ajla Del Ponte

Ajla Del Ponte : «Je dois encore me pincer pour y croire»

gma, ats

11.1.2022 - 12:13

Ajla Del Ponte est entrée dans la cour des grandes en 2021, avec un titre de championne d'Europe sur 60 m en salle, un 5e rang sur 100 m aux JO de Tokyo et un chrono de 10''90 sur la rectiligne. «Je dois encore parfois me pincer pour y croire», concède la Tessinoise, forcément ambitieuse avant une saison 2022 qui s'annonce folle.

Ajla Del Ponte est ambitieuse avant une saison 2022 qui s'annonce folle.
Ajla Del Ponte est ambitieuse avant une saison 2022 qui s'annonce folle.
KEYSTONE

gma, ats

11.1.2022 - 12:13

«J'ai commencé à réaliser pendant ma pause de fin de saison. Cela m'a d'ailleurs insufflé beaucoup d'énergie positive, et m'a donné envie de reprendre l'entraînement au plus vite», sourit la 13e Européenne la plus rapide de l'histoire sur 100 m, qui s'est confiée à Keystone-ATS au téléphone la semaine dernière.

«Cela me met bien sûr plus de pression. Mais toute ma saison 2021 fut incroyable», se réjouit une Ajla Del Ponte particulièrement fière de sa constance, elle qui a couru cinq fois sous les 11'' sur 100 m après avoir signé la meilleure performance mondiale de l'année sur 60 m (7''03) lors de son sacre aux Européens en salle de Torun.

Pas apprécié à sa juste valeur

La protégée du coach fribourgeois Laurent Meuwly estime d'ailleurs que ce qu'elle et Mujinga Kambundji – 6e à Tokyo, 10''94 comme meilleur chrono en 2021 – ont réalisé sur 100 m aux Jeux olympiques n'a pas été apprécié à sa juste valeur en Suisse. «Les gens n'ont pas compris la portée historique de notre exploit», glisse-t-elle.

«Je ne comprends pas que les qualifications de l'équipe de Suisse de football pour la Coupe du monde ou pour les quarts de finale de l'Euro puissent être considérées comme les plus grands moments de sport suisse de l'année», explique-t-elle, se disant par ailleurs déçue que Laurent Meuwly n'ait pas été élu coach de l'année lors de la cérémonie des Sports Awards.

«Mais l'athlétisme suisse devient de plus en plus grand. Il attire de plus en plus l'attention», enchaîne Ajla Del Ponte, qui va tout faire pour que cette tendance se confirme en 2022, une année très chargée avec des Mondiaux en salle (18-20 mars à Belgrade), des Mondiaux en plein air (15-24 juillet à Eugene) et des Européens outdoor (15-21 août à Munich).



Cinq étages construits

Ajla Del Ponte aborde en tout cas cet exercice 2022 en totale sérénité, après avoir brûlé les étapes en 2021. «J'ai construit cinq étages en une année», se félicite la Tessinoise, qui avait expliqué il y a tout juste un an vouloir bâtir sa carrière comme une maison, étage par étage.

«Les bases étaient déjà solides. Là, je peux avoir confiance, ça ne va pas s'écrouler avec un petit coup de vent. Et je veux aller beaucoup plus haut que ces cinq étages», assure la fusée de l'US Ascona, qui met les bouchées doubles depuis la semaine dernière à Stellenbosch après s'être tordu une cheville lors d'un premier camp en Afrique du Sud l'automne dernier.

«Les sensations sont bonnes jusqu'ici à l'entraînement. Les choses se mettent gentiment en place», précise Ajla Del Ponte, qui a comme prévu mis l'accent sur son départ dans un premier temps. «Je me réjouis de commencer la saison indoor (réd: fin janvier à Macolin). Même si on ne sait pas trop où on en est, et qu'on doit se laisser du temps pour performer», conclut-elle.

gma, ats