Golf

Augusta retrouve son public, Johnson défend son titre

ATS

7.4.2021 - 14:03

ATS

7.4.2021 - 14:03

Cinq mois après son sacre sous les feuilles d'automne, le no 1 mondial Dustin Johnson remet ce jeudi sa veste verte en jeu à Augusta. Le Masters renouera avec une relative normalité pour sa 85e édition, sous floraisons printanières et en présence d'un public restreint.

epa09117021 Defending Masters champion Dustin Johnson of the US on the third tee during a practice round for the 2021 Masters Tournament at the Augusta National Golf Club in Augusta, Georgia, USA, 05 April 2021. The 2021 Masters Tournament is held 08 April through 11 April 2021. EPA/ERIK S. LESSER
Dustin Johnson, tenant du titre, tentera de réaliser un «back-to-back» à Augusta.
KEYSTONE

Les organisateurs n'ont pas dit combien de spectateurs sont attendus, mais les médias américains avancent le nombre d'environ 12'000 par jour, loin certes des 40'000 à 50'000 habituellement.

Dans ces conditions, Johnson peut-il réaliser un «back-to-back» comme seuls Jack Nicklaus (1965-66), Nick Faldo (1990-91) et Tiger Woods (2001-02) l'ont fait ? Certainement, tant le patron du circuit a dominé l'année 2020 avec trois autres titres, dont le Tour Championship.



«Quand je joue mon meilleur golf, je sens que je peux battre n'importe quel adversaire», a affirmé cette semaine celui qui a aussi remporté le Saudi International en février, assurant «ne pas (se) sentir lésé» du fait qu'il n'aura conservé sa veste verte que cinq mois au lieu d'un an.

«Cela ne m'aurait pas dérangé même si je ne l'avais eue qu'une journée. Je n'en suis que plus confiant», a assuré «DJ».

Il faut dire qu'en novembre dernier, sur un parcours ramolli par la pluie, il avait survolé les débats, rendant une carte finale record de -20. Cette fois, Johnson s'attend à «un Masters normal, sur un parcours assez ferme et rapide, immaculé, impeccable».

Meute de chasseurs

Si Tiger Woods, quintuple lauréat de l'épreuve, sera évidemment le grand absent, un mois et demi après son grave accident de voiture, une meute de chasseurs se dresse derrière le favori.

A commencer par Bryson DeChambeau, dont la puissance de frappe lui a permis de remporter l'US Open l'an passé. Dans la foulée, une confirmation était attendue à Augusta, mais «le stress, les projecteurs et tout le reste ont eu raison de moi», a-t-il concédé. «Le reste» se traduisant par des vertiges et des troubles gastriques.

Le no 5 mondial qui s'était soumis à un régime surprotéiné pendant le confinement et avait pris 20 kg, en a perdu cinq depuis. «Et je frappe beaucoup plus loin qu'en novembre. Il y a donc certains endroits différents que je vais viser sur le parcours.»

Autre prétendant, Justin Thomas, lauréat du Championnat PGA 2017, dont le début d'année est en montagnes russes, avec la polémique d'une insulte homophobe prononcée en janvier qui lui a valu de perdre un de ses gros sponsors et le décès d'un de son grand-père ensuite.

«Cela m'a beaucoup pesé mentalement. J'ai dû surmonter», a confié le no 2 mondial, 4e du Masters en novembre et qui est sur une autre dynamique depuis sa victoire mi-mars au Players championship, considéré comme le 5e Majeur.

ATS