Pékin 2022 : de Peng Shuai au Xinjiang, voilà les écueils des JO 

ATS

23.11.2021 - 11:49

ATS

23.11.2021 - 11:49

Du Covid aux menaces de boycott, en passant par l'affaire Peng Shuai, les Jeux olympiques d'hiver de Pékin (4-20 février 2022) font face à une série d'écueils qui embarrassent le régime communiste.

Les Jeux olympiques d'hiver de Pékin auront lieu du 4 au 20 février 2022.
Keystone

Coronavirus

Les Jeux de Pékin vont se dérouler six mois seulement après les JO d'été à Tokyo, reportés d'un an pour cause de pandémie.

La Chine, où le virus a fait son apparition fin 2019, a très largement maîtrisé la contagion, mais reste confrontée à l'apparition de foyers sporadiques, qu'elle s'efforce d'éliminer en recourant à des mesures radicales: confinements, dépistages massifs et vaccination dès l'âge de 3 ans.

Alors que les frontières chinoises sont pratiquement fermées depuis mars 2020, les Jeux de Pékin se dérouleront dans une bulle, dont ne pourront sortir les quelque 2900 sportifs attendus. Ils devront être soit vaccinés soit se soumettre à une quarantaine de 21 jours à leur arrivée. Tous seront soumis à des tests de dépistage quotidiens. Seuls des spectateurs résidant en Chine pourront assister aux épreuves.

Peng Shuai

La joueuse de tennis, qui a représenté son pays à trois reprises aux Jeux olympiques, a accusé début novembre un ancien haut dirigeant chinois de lui avoir imposé une relation sexuelle il y a trois ans.

Son message, diffusé sur un réseau social, a été promptement censuré et la joueuse de 35 ans a disparu des écrans radars pendant trois semaines, suscitant l'inquiétude du monde du tennis.



La WTA, l'instance qui chapeaute le circuit professionnel féminin, a menacé de retirer la Chine de son circuit si le régime du président Xi Jinping ne faisait pas la lumière sur cette affaire.

L'ancienne no 1 mondiale de double, sacrée en double à Roland-Garros en 2014, a finalement réapparu dimanche lors d'une visioconférence avec le président du CIO Thomas Bach, assurant que tout allait bien. Mais la question soulevée par ses accusations reste entière.

Mardi, la Chine a appelé à cesser de «monter en épingle» l'affaire Peng Shuai, lors d'une exceptionnelle réaction officielle.

Xinjiang

Des organisations de défense des droits humains accusent la Chine d'avoir enfermé plus d'un million de musulmans dans des camps de rééducation politique au Xinjiang (prononcer: «Sine-dziangue"), vaste région du nord-ouest du pays.

Les Ouïghours, principale ethnie de la région, sont particulièrement dans le viseur après une série d'attentats attribués à des islamistes et des séparatistes. Pékin affirme que les camps sont en fait des centres de formation professionnelle destinés à les éloigner de la radicalisation.

Washington a évoqué un «génocide» au Xinjiang à la suite d'informations faisant état de stérilisations forcées.

Tibet

Des associations de défense des droits humains contestent la présence chinoise au Tibet, accusant Pékin d'y réprimer la liberté religieuse. Le dalaï lama, le chef spirituel tibétain, accuse le régime communiste d'y mener «un génocide culturel».

Mi-octobre, l'allumage de la flamme olympique en Grèce a été perturbé par une manifestation de militants pro-Tibet.

ATS