Tour de France Le mystère autour de la présence de Jonas Vingegaard levé

AFP

20.6.2024

Jonas Vingegaard défendra bien sa couronne face à Tadej Pogacar: après des semaines de suspense, le double vainqueur sortant a reçu le feu vert pour prendre le départ du Tour de France le 29 juin à Florence, tout comme Wout Van Aert, autre grand accidenté du printemps.

AFP

20.6.2024

C'était l'info la plus attendue en amont de la Grande Boucle. Elle est tombée jeudi sous forme d'un communiqué de l'équipe Visma-Lease a bike officialisant les noms des huit coureurs qui iront ferrailler sur les routes du Tour avec leur nouveau maillot «Renaissance».

Ces derniers jours, l'optimisme était de mise pour Vingegaard et Van Aert qui avaient notamment publié sur les réseaux sociaux une photo de groupe avec l'ensemble des coureurs pressentis, sur les hauteurs de Tignes, où ils sont en stage d'altitude pour préparer la défense de leur titre. Il n'empêche que les deux hommes, surtout Vingegaard, reviennent de loin et leur état de forme sera scruté jour après jour jusqu'à l'arrivée prévue le 21 juillet à Nice.

«Jonas revient d'une blessure sérieuse. Evidemment, nous ne savons pas jusqu'où il peut aller. Nous restons prudents, car il n'a pas encore été en mesure de faire une course et sa préparation a été tout sauf idéale», a commenté le directeur sportif Merjin Zeeman en insistant sur les qualités de «champion» du Danois, autant sur le plan physique que mental.

«Derniers mois pas faciles»

Début avril, le double vainqueur du Tour a connu le pire accident de sa carrière lors d'une sortie de route massive et ultra violente lors du Tour du Pays basque. Victime de fractures de la clavicule et de plusieurs côtes, d'un pneumothorax et d'une contusion pulmonaire, il avait passé douze jours à l'hôpital et n'était remonté sur un vélo que le 7 mai. Depuis, il est en reconstruction, enchaînant des stages d'entraînement à Majorque, puis à Tignes.

«Je suis impatient de prendre le départ du Tour. Les derniers mois n'ont pas été faciles, mais je remercie ma famille et l'équipe Visma-Lease a bike pour leur soutien infaillible. Nous avons travaillé ensemble pour ce moment, je me sens bien et très motivé», a déclaré Vingegaard (27 ans) dans un communiqué de son équipe.

Mais lorsqu'il s'élancera dans dix jours de Florence, il n'aura participé à aucune course depuis trois mois, alors que Tadej Pogacar a entre-temps survolé le Tour d'Italie et que les deux autres grandes stars impliquées dans la chute, Primo Roglic et Remco Evenepoel, ont pu reprendre la compétition dès le Critérium du Dauphiné.

Point d'interrogation

«On est bien évidemment ravis qu'il soit au départ», a réagi auprès le directeur du Tour, Christian Prudhomme. Il a appris la nouvelle par un texto de la femme du Danois, enceinte de leur deuxième enfant, disant que ce sera «un Tour très spécial pour Jonas».

Mais, ajoute le directeur du Tour, «il y a malgré tout un point d'interrogation sur sa condition physique. On a vu qu'avec une blessure moins importante l'année dernière Pogacar n'était pas tout à fait lui-même».

L'antécédent de Pogacar, victime d'une fracture du poignet en avril avant d'exploser en dernière semaine du Tour 2023, n'incite pas forcément à l'optimisme. Au point que certains médias ont spéculé sur le fait que le Danois puisse se transformer en domestique de luxe pour Matteo Jorgenson, le vainqueur de Paris - Nice et deuxième du Dauphiné.

Van Aert aussi

«Vous êtes tous complètement dingues», a réagi sur ses réseaux sociaux l'Américain. Il est déterminé à rester dans son rôle de lieutenant aux côtés aussi de son compatriote Sepp Kuss, du Français Christophe Laporte, du Slovène Jan Tratnik, du Néerlandais Wilco Kelderman et du Belge Tiesj Benoot.

Wout Van Aert sera aussi de la partie et semble avoir un peu d'avance sur Vingegaard. Le Belge a fait son retour en compétition mi-mai au Tour de Norvège après huit semaines d'absence suite à sa chute dans A travers la Flandres le 27 mars où il avait souffert de fractures à la clavicule, au sternum et à sept côtes.

Le Tour de France «n'était pas au programme» cette année, a rappelé le vainqueur de neuf étapes sur la Grande Boucle. «Mais, au vu des développements de ces dernières semaines, j'en avais vraiment envie et l'équipe a approuvé», a ajouté le Belge de 29 ans qui visera ensuite une médaille aux Jeux olympiques de Paris (26 juillet-11 août).