Tension sur le podium: "Tu es un perdant, je suis un gagnant!"

Chris Geiger

24.7.2019

Les Championnats du monde de natation de Gwangju sont marqués par la polémique autour de Sun Yang. Le Chinois, soupçonné de dopage, a de nouveau été boycotté par un de ses adversaires lors de la cérémonie protocolaire du 200 m.

Les nageurs des Championnats du monde de Gwangju font front contre le sulfureux Sun Yang.

Deux jours après le refus de l'Australien Mack Horton de partager le podium du 400 m - une course remportée par le Chinois -, c'est au tour du Britannique Duncan Scott d'avoir refusé de serrer la main de Sun Yang et de monter à ses côtés sur la boîte du 200 m - une épreuve encore gagnée par le natif de Hangzhou.

Ce dernier s'est imposé dans le bassin coréen en 1'44''93 au terme d'une nouvelle polémique. Le Chinois a en effet bénéficié de la disqualification du Lituanien Danas Rapsys - sanctionné pour avoir bougé sur le plot de départ - pour triompher.

Une décision qui ne va certainement pas améliorer l'image néfaste de Sun Yang. Le nageur (27 ans) est actuellement sous le coup d'une enquête pour violation des règles antidopage. L'athlète asiatique est soupçonné d'avoir cassé à coup de marteau un échantillon de sang en septembre dernier.

Vers une suspension à vie?

Le spécialiste des épreuves de nage libre sur longue distance sera d'ailleurs entendu par le Tribunal arbitral du sport en septembre suite à l'appel de l'Agence mondiale antidopage. Déjà suspendu trois mois pour dopage en 2014, Sun Yang risque la suspension à vie en cas de récidive.

En attendant ce verdict, le géant chinois (2 m, 92 kg) estime que ses adversaires lui doivent le respect. Il n'a ainsi que peu goûté au boycott de Duncan Scott mardi. "J'ai gagné, j'ai gagné! Tu es un perdant, je suis un gagnant", a lancé Sun Yang au Britannique, après avoir brandi un poing rageur en sa direction.

Un accrochage qui n'a pas plu à la Fédération internationale de natation qui a averti les deux nageurs pour "comportement inapproprié". La même sanction avait d'ailleurs été prononcée à l'encontre de Horton. A qui le tour?

Retour à la page d'accueilRetour au sport