Ultimes emplettes Le PSG parviendra-t-il à sauver son mercato ?

AFP

31.1.2023

Le Paris SG, toujours en quête de renfort, et Marseille, qui espère enfin un attaquant de pointe, comptent animer mardi la dernière journée d'un mercato hivernal assez calme, où seul Chelsea a dépensé sans compter.

Le PSG de Neymar traverse une période délicate.
Le PSG de Neymar traverse une période délicate.
KEYSTONE

AFP

31.1.2023

A quelques heures de la clôture du marché de janvier, fixée mardi à 23h00 en Ligue 1, le temps presse pour le PSG, englué dans une spirale inquiétante et désireux d'attirer une ou deux recrues, en attaque comme en défense, avant de retrouver la Ligue des champions mi-février.

Et l'heure tourne aussi pour l'OM, qui a déjà renforcé son équipe mais attend encore un buteur patenté après avoir raté notamment Terem Moffi (Lorient), attendu à Nice.

En Ligue 1, les clubs ont vécu cette période de mutations à plusieurs vitesses: le PSG, contraint par le fair-play financier, a fait le strict minimum, quand Lyon s'est montré omniprésent et l'OM a enregistré deux arrivées marquantes, attirant l'Ukrainien Ruslan Malinovskyi et la révélation marocaine Azzedine Ounahi.

A deux semaines de son crucial huitième de finale aller de Ligue des champions contre le Bayern Munich (14 février), Paris parviendra-t-il à sauver son mercato?

Jusqu'à présent, le leader de la L1 a uniquement vendu l'Espagnol Pablo Sarabia à Wolverhampton... Mais dans le sens des arrivées, c'est le néant. Avec son conseiller football Luis Campos, le PSG s'est renseigné sur la promesse de Lyon Rayan Cherki (19 ans), mais l'OL n'a pas donné suite.

En défense, Milan Skriniar, le Slovaque de l'Inter Milan, est ciblé, comme l'été dernier. Libre à la fin de saison ou pour un transfert payant dès mardi?

«On souhaite un renfort», dit Galtier

«Le club travaille sur la venue d'au moins un joueur. Il y a des contraintes importantes avec le fair-play financier. On souhaite un renfort», a indiqué l'entraîneur Christophe Galtier dimanche après le match nul contre Reims (1-1).

Autre dossier chaud à Paris, l'hypothèse d'un départ du gardien N.2 Keylor Navas, courtisé par Nottingham Forest, en Premier League.

A Marseille, les supporters ont enregistré avec l'arrivée en prêt avec option d'achat de Malinovskyi (Atalanta Bergame) et du Marocain Azzedine Ounahi (22 ans), qui a ébloui les suiveurs du Mondial-2022.

Mais l'éternelle quête du «grand attaquant», un serpent de mer des dernières saisons, a essuyé un nouveau revers, avec l'échec probable des négociations pour faire venir Moffi (12 buts cette saison en L1), qui a donné sa préférence à Nice.

Outre le départ du Nigérian, estimé à environ 25 M EUR selon la presse, Lorient a réalisé une autre jolie plus-value en envoyant son ailier Dango Ouattara à Bournemouth pour plus de 20 millions d'euros.

L'autre point chaud du mercato hexagonal se situe à Lyon, triste 9e de Ligue 1 qui cherche à remodeler son effectif. Dejan Lovren, un ancien de la maison, a renforcé la défense, et le jeune Suédois Amin Sarr est venu garnir l'attaque. L'OL attend encore l'arrivée en prêt d'un ailier brésilien, Jeffinho.

La frénésie de Chelsea

Mais le club de Jean-Michel Aulas a surtout dégraissé. L'ailier Tetê est parti à Leicester, Karl Toko Ekambi a rejoint Rennes, Romain Faivre a été prêté à Lorient, Jeff Reine-Adélaïde à Troyes et le prometteur défenseur latéral Malo Gusto a donné son accord à Chelsea pour 35 millions d'euros. Ce dernier reste en prêt dans le Rhône jusqu'à la fin de saison.

Mais le transfert le plus cher de l'hiver est à mettre à l'actif de Monaco, qui a récupéré près de 40 millions d'euros de Chelsea pour le défenseur de Monaco et des Bleus Benoît Badiashile.

C'est le symbole de la frénésie dépensière du club londonien, grand animateur de ce mercato de janvier avec plus de 200 M EUR dépensés, notamment pour chiper l'attaquant ukrainien Mykhailo Mudryk au nez et à la barbe d'Arsenal (100 M EUR).

Et la dernière journée pourrait encore être animée pour les Blues, qui convoitent le milieu argentin Enzo Fernandez (Benfica), tandis que le reste des grands clubs européens a été parcimonieux en janvier, à l'image de Manchester City, du Real Madrid ou de Manchester United, qui n'a pas remplacé sa superstar Cristiano Ronaldo, parti vers un exil doré dans le club saoudien d'Al-Nassr.