Ligue 1 Nice vient à bout de Rennes et reprend les commandes 

AFP

5.11.2023

Nice a remporté, face à Rennes, dimanche soir en clôture de la 11e journée de Ligue 1, une quatrième victoire consécutive (2-0), et a, par la même occasion, repris la place de leader du championnat.

Nice – Rennes 2-0

Nice – Rennes 2-0

Ligue 1, 11ème journée, Saison 23/24

05.11.2023

AFP

5.11.2023

Avec 25 points, les Aiglons, qui n'ont jamais été menés cette saison, devancent Paris d'une longueur et Monaco de deux pour rester tout en haut du championnat après un tiers du parcours.

Tout cela avec seulement 13 petits buts marqués. Mais avec aussi une défense exceptionnelle (4 buts encaissés), qui a signé un huitième "cleen sheet" cette saison. Vendredi prochain, à Montpellier, ils auront même l'occasion de creuser encore plus l'écart.

Rennes, 11e du classement, pointe désormais à 13 unités de son adversaire du soir, qui est un concurrent direct dans la course à la qualification pour la prochaine Ligue des champions. Le retard commence à devenir énorme pour Bruno Genesio et les siens.

Pourtant, Nice a souffert, mais a maîtrisé. Même lorsque Youssouf Ndayishimiye a logiquement été exclu à la suite d'un tacle violent sur Le Fée (74e)

Ensuite Warmed Omari a à son tour été exclu (86e) et Steve Mandanda, malheureux, a vu un coup franc direct de Sofiane Diop lui retomber sur le dos pour le deuxième but niçois (2-0, 87e) qui a scellé la partie.

Dans une opposition entre deux formations très hybrides, la rencontre s'est avant tout jouée sur la concentration, la puissance physique et la rapidité d'exécution.

A ce jeu-là, Nice et Rennes ont proposé des forces dans de nombreux secteurs. Chez les Aiglons, par exemple, Jérémie Boga a allié de façon continue finesse technique et rapidité d'exécution. Et Lorenz Assignon, le latéral droit breton, en a fait la douloureuse expérience.

Boga, en feu

D'abord lorsque Boga l'a passé en deux feintes de corps, avant de faire de même avec Enzo Le Fée, puis de servir Hicham Boudaoui, qui n'a pas cadré (12e). En toute fin de mi-temps, Assignon a manqué son interception et laissé son adversaire direct inscrire le premier but de la partie (1-0, 45e).

En grande forme, Boga avait auparavant été brillant devant Omari (28e), ou sur corner, quand Dante a obligé Mandanda à s'employer (26e).

Si Terem Moffi, centreur sur le but de Boga, a également eu une belle opportunité qu'il a manquée (45e+2), c'est Khéphren Thuram, de retour comme titulaire à la place de Morgan Sanson, qui a régalé le stade avec un enchaînement sombrero sur Assignon, amortie poitrine et reprise en demi-volée... trop enlevée (41e).

Pourtant, le jeu collectif rennais avait offert quelques réponses. Ainsi, avant le but de Boga, Assignon a conclu d'une frappe mal ciblée une première riposte bien menée (22e). Puis, Benjamin Bourigeaud d'une frappe vicieuse à rebonds, a obligé Marcin Bulka à un arrêt-réflexe (33e).

Après la pause, les Rennais ont encore tenté. Mais les attaquants bretons n'ont jamais réussi à déstabiliser l'arrière-garde adverse. Les entrées simultanées de Désiré Doué et Arnaud Kalimuendo (59e) n'y ont rien changé.

Jusqu'à l'exclusion logique de Youssouf Ndayishimiye (74e), ce sont même les Niçois qui ont été les plus dangereux, notamment par Boudaoui, maladroit devant un excellent Mandanda (46e). Après l'exclusion, ils ont même marqué.