Alexis Pinturault : «La blessure de Victor m’a crevé le coeur»

Grégoire Galley, de retour d’Adelboden

11.1.2022

Après le géant d’Adelboden, Alexis Pinturault est revenu sur la terrible blessure de son coéquipier et ami Victor Muffat-Jeandet.

Alexis Pinturault n’a pas apprécié la manière de procéder de la FIS à Zagreb.
KEYSTONE

Grégoire Galley, de retour d’Adelboden

11.1.2022

La mascarade lors du slalom de Zagreb jeudi dernier a coûté cher à Victor Muffat-Jeandet. Sur une piste dans un état déplorable, le Français a été victime d’une blessure au péroné. Il peut d’ores et déjà tirer une croix sur la suite de la saison et sur les Jeux olympiques de Pékin. Rageant !



En voulant absolument maintenir cette course, la Fédération internationale de ski (FIS) s’est attiré les foudres de nombreux skieurs. A l’image de Loïc Meillard qui s’est lâché sur son compte Instagram : «Merci à la FIS pour ce grand spectacle à Zagreb. Ce n'est pas ce qu'est notre sport et aujourd'hui nous avons dépassé les limites de l'acceptable», a écrit l’athlète de Hérémence.



Comme le skieur helvétique, Alexis Pinturault n’a également pas apprécié la façon de faire de la FIS. Le Savoyard l’a fait savoir samedi dans l’aire d’arrivée du géant d’Adelboden tout en rendant hommage à son compatriote Victor Muffat-Jeandet : «Je suis très triste pour lui. Cela m’a crevé le coeur. Victor se plaint rarement et avec cette blessure, il paie les pots-cassés.»

Avant d’ajouter : «Le chef de course, Markus Waldner, n’était pas présent à Zagreb et les gens derrière lui n’ont pas pris les bonnes décisions. De plus, les Croates ont mis énormément de pression pour le maintien de la course. Cela n’est pas normal. C’est uniquement à la FIS de décider.» 

Ce coup de gueule du skieur tricolore va-t-il arriver jusqu’aux oreilles des dirigeants de la FIS ? La réponse dans les semaines à venir...