Alpe Cermis, lieu de souffrance pour les fondeurs

hle, ats

3.1.2022 - 09:27

Les candidats au succès dans le Tour de Ski vont grimper au sommet de l'Alpe Cermis mardi. Les souffrances liées à cette spectaculaire finale du Tour de Ski sont terribles, mais la joie d'y arriver en tête fait oublier bien des tourments.

Les souffrances liées à la montée de l’Alpe Cermis sont terribles.
KEYSTONE

hle, ats

3.1.2022 - 09:27

«Cela fait toujours mal, les mètres s'écoulent lentement», avait déclaré Dario Cologna en janvier 2018 après son dernier triomphe à l'Alpe Cermis, son quatrième au classement final du Tour de Ski. Cette épreuve lui a souvent permis de briller: quatre succès (2009, 2011, 2012, 2018), trois autres places sur le podium et un total de dix top 10, personne ne présente un tel palmarès sur le Tour de Ski.

Mais il en restera là: une toux tenace a obligé le Grison à rentrer prématurément chez lui à Davos pour se soigner et préparer au mieux la suite de sa saison.



Cologna est comme chez lui dans le Val di Fiemme. Si l'on met à part ses quatre médailles d'or olympiques de Vancouver, Sotchi et Pyeongchang, c'est là qu'il a fêté ses plus belles victoires. En 2013, il est devenu dans le Trentin le premier fondeur suisse champion du monde en gagnant le skiathlon sur 30 km, pas loin de l'Alpe Cermis.

Origines italiennes

Y parvenir en Italie va bien avec son parcours de vie. Ses origines italiennes, du côté paternel, auraient en effet pu le voir briller sur les pistes avec le drapeau tricolore vert, blanc et rouge...

Cette mythique montée de l'Alpe Cermis, d'une longueur de 3,6 km, propose une dénivellation de 425 mètres et des passages à 28%... «Je suis heureux de ne devoir monter ici qu'une fois par année», avait dit le champion suisse. Cette année, il ne sera donc pas au rendez-vous.

Chacun s'y retrouve seul, doit trouver son rythme et écouter son corps. Celui qui l'aborde sans les réserves nécessaires ne tiendra pas. Et celui qui surestime ses capacités finit par le payer cash.

Il faut un gros moteur. Mais aussi, et surtout, un mental d'acier. «On doit se réjouir de cette course», affirme Christian Flury, le chef des fondeurs helvétiques. Seuls ceux qui arrivent à faire un énorme effort sur eux-mêmes peuvent s'y montrer victorieux.

hle, ats