Avec Wendy et Zeno, la Suisse fait figure d'épouvantail

11.2.2019 - 19:38, ATS

Championne olympique en titre, la Suisse fait partie des favoris pour l'or dans le team event mardi (16h) à Are. Avec Ramon Zenhäusern et Wendy Holdener, Swiss-Ski sait posséder deux atouts majeurs.

Ramon Zenhaüsern, Daniel Yule et Wendy Holdener ont remporté le Team Event des JO avec Luca Aerni et Denise Feierabend en février dernier.
Keystone

La Suisse pourrait bien grappiller une quatrième médaille lors de ces Mondiaux. En fait, tout autre résultat qu'une médaille serait une immense déception au vu des forces en présence. Même s'il ne faut préjuger de rien, la formation helvétique fait figure d'épouvantail en Suède.

Pourquoi? Parce qu'avec Wendy Holdener et Ramon Zenhäusern, la Suisse possède deux atouts incroyables. Et on le sait, lors du team event il suffit d'avoir deux cartes maîtresses pour aller très loin. La Suisse l'avait démontré l'an dernier sur les pentes coréennes. Avec un Ramon Zenhäusern de feu, boosté par sa médaille d'argent acquise en slalom, le skieur haut-valaisan était «dans la zone». Il n'avait laissé aucune chance à ses adversaires sur ses quatre runs. Constat similaire avec Wendy Holdener, toujours très à l'aise lors de ces duels et leurs départs façon skicross. La médaille d'or acquise en combiné n'a certainement pas fait de mal à la confiance de la Schwytzoise qui se verrait bien agrémenter sa collection avec une nouvelle breloque.

«Mais tout peut aller très vite, tempère Ramon Zenhäusern, en Suède depuis mercredi mais arrivé à Are seulement dimanche. Le niveau est très élevé. Et il suffit que tu fasses une faute pour passer à la trappe.» Le Haut-Valaisan juge forcément encourageant le fait que la Suisse ait déjà trois médailles: «Cela nous donne un peu de calme.»

Les mêmes adversaires qu'à Pyeongchang

Parmi les adversaires potentiels de la Suisse, il faudra se méfier des Suédois sur leurs terres. Avec les champions olympiques Andre Myrher et Frida Hansdotter et le fait d'évoluer à domicile, les Scandinaves peuvent être redoutables. Dans le camp français, on sait Clément Noël très à l'aise dans cet exercice particulier, mais il manque une tête de pont chez les dames pour véritablement gêner Wendy Holdener. Mais l'adversaire numéro un de la Suisse devrait une fois encore être l'Autriche. Marco Schwarz apprécie le slalom parallèle comme le prouve sa victoire lors du city event d'Oslo en tout début d'année. Mais comme pour les Français, c'est du côté féminin que le bât blesse. Difficile de trouver une adversaire véritablement dangereuse pour la double championne du monde du combiné.

Le reste de l'équipe est composé de Daniel Yule, déjà sur le pont en Corée du sud, et Aline Danioth. L'Uranaise est jeune et n'a pas beaucoup d'expérience, à elle de profiter de son rôle d'outsider et de faire mieux que Denise Feierabend à Pyeongchang. L'Obwaldienne avait perdu ses quatre duels. Les remplaçants seront Sandro Simonet et Andrea Ellenberger.

Retour à la page d'accueilRetour au sport

Plus d'articles