Marco Odermatt : "Tout peut se passer si vite"

ats

19.10.2021 - 11:45

ats

19.10.2021 - 11:45

Deuxième du général en 2020/21, Marco Odermatt ne vise rien d'autre que le gros Globe de cristal cet hiver en Coupe du monde. Affûté comme jamais encore, il n'a pas peur d'afficher sa confiance et ses ambitions à l'aube d'une saison marquée par les JO de Pékin.

Marco Odermatt ne vise rien d'autre que le gros Globe de cristal cet hiver en Coupe du monde.
KEYSTONE

Le Nidwaldien de 24 ans véhicule toujours l'image d'un garçon insouciant, toujours prêt à plaisanter. Mais il est devenu un grand professionnel, aux objectifs aussi élevés que sa détermination, sur qui la pression ne paraît pas avoir d'emprise.

Une progression constante

Les attentes sont pourtant énormes. Deuxième du classement général de la dernière Coupe du monde, Marco Odermatt est parfaitement conscient qu'il n'est plus le jeune outsider qui n'a rien à perdre. Garder son sang-froid est devenu un défi, glisse-t-il.

Un défi qu'il a jusqu'ici parfaitement relevé. Quintuple champion du monde junior en 2018, il a débarqué sur le Cirque blanc avec l'étiquette de futur candidat au gros Globe. Il s'est rapidement imposé comme l'un des meilleurs géantistes du circuit, décrochant son premier petit Globe au printemps.

Le skieur d'Hergiswil a également déjà connu la victoire à deux reprises en super-G – soit autant qu'en géant -, et a fêté en mars dernier son premier top 5 en descente. Et c'est même dans la discipline-reine de la vitesse qu'il a obtenu son meilleur résultat aux Mondiaux de Cortina en février (4e).

Tout pour succéder à Janka

Bref, Marco Odermatt a tout pour devenir le premier Suisse à soulever le gros Globe depuis Carlo Janka en 2009/10. Il dégage toujours le même subtil mélange de confiance en soi et d'humilité, estimant que sa prochaine étape est forcément la quête du classement général de la Coupe du monde.

«L'objectif est certainement de reprendre là où je me suis arrêté la saison dernière. Cela signifie que je veux me trouver aux avant-postes dans autant de courses que possible», lâche sans arrogance le jeune homme, en étant conscient des nombreux impondérables.

«Tout peut se passer si vite. Un mauvais début de saison, une ou deux mauvaises courses, et tu oublies déjà la thématique du classement général», rappelle le Nidwaldien, qui se concentre donc pour l'heure uniquement sur le début de saison. «Bien commencer, et voir ce que ça donne. On pourra évaluer les chances de concourir à nouveau pour un Globe après quelques courses.»

9,9 sur 10

Marco Odermatt, qui sera bien l'homme à battre dimanche lors du géant de Sölden, a en tout cas jeté des bases solides sur le plan physique. Il a de nouveau profité de l'été pour prendre du muscle et affiner sa condition physique. Sa préparation fut parfaite, il n'a jamais eu l'impression de souffrir.

Le Nidwaldien a même déclaré au «Sonntagsblick» qu'il évaluait sa forme physique à 9,9 sur 10. Il ne s'est pas donné un 10 «pour ne pas paraître trop arrogant», a-t-il rigolé. «Il n'existe pas de valeur de référence pour ces tests, mais je remarque que je suis devenu plus fort», a-t-il précisé, le sourire toujours aux lèvres.

ats