Un changement de statut pour Cologna avec la Suisse

ATS

23.2.2021 - 15:37

D'habitude, Dario Cologna était au centre des attentions côté helvétique à l'occasion des Championnats du monde de ski nordique. Pourtant dès jeudi à Oberstdorf, les sprinteuses Nadine Fändrich et Laurien van der Graaff pourraient prendre la primauté sur le Grison.

Dario Cologna n'est plus la meilleure chance de médaille pour la Suisse.
Keystone

Malgré le boom du ski de fond, la Suisse n'est pas une nation nordique. Tandis que les alpins rentrent des joutes mondiales presque toujours avec des médailles autour du cou, les trophées sont l'exception en fond et en saut à skis. Depuis les premiers Mondiaux en 1925, les Suisses se sont parés de vingt médailles. Mais les athlètes de Swiss-Ski ne se rendent pas sans ambition en Bavière.

Les Suisses peuvent espérer raisonnablement une médaille sur cinq épreuves. L'une d'elles est bien sûr le sprint par équipes, le domaine de Nadine Fändrich et Laurien van der Graaff où elles brillent depuis deux hivers. A l'occasion des quatre courses de la Coupe du monde, la Lucernoise de 25 ans et la Grisonne de 33 ans sont montées à quatre reprises sur le podium. Si lors de la première victoire en Coupe du monde d'un duo féminin suisse peu avant Noël à Dresde, l'opposition avait été diminuée par de nombreux forfaits, les autres podiums avaient été conquis face à une réelle concurrence.

Les grandes favorites seront les Suédoises dimanche à Oberstdorf. Derrière, cela sera la foire d'empoigne pour les autres médailles entre la Norvège, les Etats-Unis, la Russie, la Slovénie et la Suisse. Fähndrich aura déjà l'occasion de tester sa forme ce jeudi lors du sprint individuel, qui contrairement à l'épreuve par équipes sera disputé en style classique. A Dresde, la Lucernoise avait également triomphé en individuel.

Cologna contre la Norvège et la Russie

Dario Cologna figure toujours parmi les candidats à une médaille. A bientôt 35 ans, le Grison n'a plus grand-chose à prouver avec ses quatre titres olympiques, son titre mondial du Skiathlon en 2013 et ses deux médailles d'argent aux Mondiaux. Il a démontré qu'il sait être présent à l'heure H. Les deux derniers Championnats du monde ne lui ont pas apporté entière satisfaction. En début d'année, il a montré sur le 15 km classique du Tour de Ski qu'il était encore compétitif pour le podium avec une deuxième place. A Oberstdorf, les courses qui l'intéressent se disputeront en style libre ce qui est loin d'être un désavantage pour Cologna.

Comme il n'est sans doute pas capable de rivaliser avec les plus rapides dans un sprint final, sa meilleure chance de médaille se situe dans le 15 km avec départ individuel mercredi dans une semaine. Le Grison peut toujours réussir un coup tactique dans le Skiathlon (15 km classique, 15 km libre) qui lancera samedi ses Mondiaux et également lors du 50 km (les deux avec départ en ligne) du dernier jour. En Coupe du monde, Cologna a été le plus souvent le meilleur non Norévgien ou non Russe. Le problème: c'est qu'il y en avait beaucoup.

Alexander Bolshunov sera le grand favori de toutes les courses à l'exception des sprints. La question est de savoir si le Russe de 24 ans a pu conserver sa forme étincelante du Tour de Ski. Bolshunov compte déjà quatre médailles olympiques et autant aux Mondiaux à son palmarès. Mais il est toujours à la recherche de l'or. Entre lui et les Norvégiens, la rivalité sera féroce.

Chez les dames, Therese Johaug aura les faveurs de la cote. Mais la Norvégienne n'est plus si dominante que dans un passé récent. Les Suédoises et les Américaines rêvent de lui barrer la route aux titres.

Pas de successeur pour Peier

En saut à skis, dont le programme débutera vendredi soir avec la qualification au petit tremplin, le Norvégien Halvor Egner Granerud s'annonce comme l'homme à battre. Il aura deux adversaires à redouter: le vent défavorable et un faux pas dans le matériel, comme cela s'est produit le week-end dernier à Rasnov avec une disqualification à la clé.

Les sauteurs suisses Gregor Deschwanden et Simon Ammann ont montré des signes réjouissants ces derniers temps. Mais une médaille surprise comme celle enlevée par Killian Peier il y a deux ans à Seefeld, apparaît bien invraisemblable. Le Vaudois, blessé à un genou, a manqué tout l'hiver.

Les épreuves à Oberstdorf, qui organise pour la troisième fois les Mondiaux, se disputeront à huis clos.

Retour à la page d'accueilRetour au sport