Wengen

«Une idole pour moi» - Émotions pour les adieux de Carlo Janka

Nicolas Larchevêque, à Wengen

15.1.2022

Carlo Janka a annoncé jeudi qu'il prendrait sa retraite professionnelle à l'issue de la deuxième descente de Wengen. Les acteurs du Cirque blanc ont tenu à lui rendre hommage à l'heure de son ultime départ en Coupe du monde.

Carlo Janka rangera ses lattes à l'issue des courses de Wengen.
Carlo Janka rangera ses lattes à l'issue des courses de Wengen.
Keystone

Nicolas Larchevêque, à Wengen

15.1.2022

 

Skieur français

Johan Clarey

«Carlo, c’est un immense champion et je suis content de l’avoir côtoyé. Je le côtoie depuis la Coupe d’Europe. Je l’ai vu évoluer à une vitesse plus rapide que la mienne et bien plus forte. C’est un mec qui a tout gagné. Je pense que c’est l’un des plus grands pilotes sur les skis qu’on ait rarement vu. Il avait de l’avance sur son temps. Cela a été l’un des skieurs les plus fins que j’ai vu skier et c’était génial de courir avec lui. Je suis content qu’il finisse là, sur le Lauberhorn, avec une superbe course. Je lui souhaite le meilleur pour la suite !»

Aleksander Aamodt Kilde of Norway reacts in the finish area during the men's downhill race at the Alpine Skiing FIS Ski World Cup in Wengen, Switzerland, Friday, January 14, 2022. (KEYSTONE/Peter Schneider)
 

Skieur norvégien

Aleksander Aamodt Kilde

«Janka est une idole pour moi. Je l’ai regardé à la télé quand il gagnait ici il y a des années. Je l’ai toujours admiré pour être un skieur complet, juste une belle technique à laquelle il ajoutait de la vitesse. Il était incroyable à voir skier - et l’est toujours. Il va nous manquer. Tout le mieux pour le futur.»



Urs Lehmann, president of the Swiss-Ski federation poses for photographer at the 2021 FIS Alpine Skiing World Championships in Cortina d'Ampezzo, Italy, Monday, February 8, 2021. (KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)
 

Président de Swiss-Ski

Urs Lehmann

«C’est un monument du ski suisse. Il y a très très peu de gens, d’athlètes, qui ont gagné aux Mondiaux, aux Jeux olympiques et le classement général. Pour moi, ce n’est pas seulement une grande personnalité, mais c’est un sportif incroyable. Ce qui est un peu dommage, - et c’est peut-être aussi avec les temps d’aujourd’hui - c’est qu’on a oublié très très vite que, avec ces dernières années où il a eu des problèmes de santé, il reste un immense champion. Encore vendredi, sans course, sans entraînement, il revient et il est proche du top 10. Cela montre encore qu’il est vraiment un top skieur.»



«On l’appelait certes «Iceman»... Mais vous voyez, à 23 ans, il est devenu champion du monde, champion olympique et tout. Dans ses très jeunes années, il a eu un tel succès. Je le connais, et si dans ces années tu es jeune, tout le monde attend quelque chose de toi et c’est tout nouveau pour toi en tant qu’athlète. C’étaient des temps difficiles pour lui. Je pense qu’avec le temps, il a gagné en maturité, il a continué à travailler, et sa personnalité a aussi vraiment grandi par les déceptions. C’est normal dans le sport.»

Marco Odermatt of Switzerland poses for photographer during a press conference at the Alpine Skiing FIS Ski World Cup in Wengen, Switzerland, Tuesday, January 11, 2022. (KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)
 

Skieur suisse

Marco Odermatt

«Pour moi, ça a été riche en émotions. On n’a pas beaucoup skié ensemble mais il est très apprécié de l’équipe. Il est un type super chouette et il a eu une carrière grandiose ainsi qu’une belle dernière descente.»

Justin Murisier of Switzerland poses for photographer during a press conference at the Alpine Skiing FIS Ski World Cup in Wengen, Switzerland, Tuesday, January 11, 2022. (KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)
 

Skieur suisse

Justin Murisier

«Les gens ont l'impression que Carlo est froid, etc. Mais pas du tout ! C'est juste qu'il est réservé, il aime bien rire et les gags. Franchement, je m'entends super bien avec lui. Cela m'embête de ne pas avoir pu skier plus avec lui, parce qu'en descente il aurait pu beaucoup m'apprendre. Il vient aussi de la technique à la base. Je suis un peu triste d'un côté, mais très content pour lui. Il a une carrière incroyable, il a fait plus de cent top 10 en Coupe du monde, champion du monde et olympique. Franchement, il ne pouvait pas espérer beaucoup mieux. Bravo et chapeau à lui.»



«On a vraiment la mémoire courte car on ne se rappelle plus tout ce qu'il a fait. C'est un truc de fou et chaque année quasiment il claque un podium. Alors c'est vrai qu'on n'a plus l'impression que c'est le Carlo Janka d'avant qui en faisait 5 ou 6 par an. Mais quand tu fais des podiums en Coupe du monde, ça veut dire que tu as quand même le niveau. Tu n'es pas ridicule d'être au départ. Vendredi, il l'a encore prouvé avec des chronos intermédiaires incroyables.»

Carlo Janka from Switzerland announces the end of his sporting career during a press conference at the Alpine Skiing FIS Ski World Cup in Wengen, Switzerland, Thursday, January 13, 2022. (KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)
 

Le tout jeune retraité

Carlo Janka

«C’était clairement émotionnel ce dernier Lauberhorn, avec toute ma famille, cette ambiance. C’était parfait ! Tout le monde m’a fait des hommages, les coaches, etc. C’est très joli et un jour spécial. En plus avec le beau temps et les belles prestations suisses, ça fait plaisir de se retirer dans ce contexte. J’ai reçu ce casque doré, c’était une belle surprise. Je l’ai fait signer par les autres athlètes ce sera un beau souvenir.»