«Swiss Sport Integrity» prend le relai d'Antidoping Suisse

smh, ats

26.11.2021 - 20:26

smh, ats

26.11.2021 - 20:26

«Swiss Sport Integrity» prendra bien la relève d'Antidoping Suisse le 1er janvier 2022. La nouvelle entité de lutte contre le dopage et les manquements à l'éthique dans le sport helvétique a reçu le feu vert du Parlement du sport et peut commencer son travail comme prévu.

epa01408394 Caisse d'Epargne team rider Alejandro Valverde of Spain arrives for the antidoping control after the finish of the fourth stage of the Tour de France cycling race,between Cholet and Cholet, in France, 08 July 2008. EPA/NICOLAS BOUVY
Image d'illustration
KEYSTONE

En assemblée à Ittigen, les délégués des Fédérations sportives ont approuvé des modifications dans les statuts de Swiss Olympic et un nouveau statut éthique. Ces deux règlements constituent la base du nouveau bureau national de signalement des manquements à l'éthique et de la nouvelle fondation issue d'Antidoping Suisse.

Le sport suisse s'impose ainsi des règles strictes dans la lutte contre les irrégularités de toutes sortes. Le statut éthique est contraignant pour toutes les fédérations sportives et règle le signalement, l'enquête et la sanction des infractions. L'objectif est d'établir un comportement éthiquement correct et de détecter et de sanctionner rapidement les irrégularités dans le sport suisse.

Kurmann premier président

Jusqu'à présent, chaque Fédération était de facto elle-même responsable de l'examen des dysfonctionnements. Les conditions-cadres étaient réglées dans un code de conduite avec Swiss Olympic. Mais la situation a changé depuis que la Fédération suisse de gymnastique s'est retrouvée dans la tourmente.

Dans un rapport indépendant, les deux instances centrales du sport helvétique, Swiss Olympic et l'Office fédéral du sport (OFSPO), ont été accusées de ne pas être suffisamment intervenues. Ni Swiss Olympic, ni le Parlement du sport, ni même l'une des fédérations affiliées n'ont contesté la nécessité d'apporter des changements.

En conséquence, le Parlement du sport a approuvé sans discussion les bases de l'introduction de «Swiss Sport Integrity». Ueli Kurmann, le nouveau président d'Antidoping Suisse élu il y a un an, sera également à la tête de «Swiss Sport Integrity». Le Conseil de fondation et la Chambre disciplinaire vont par ailleurs tous deux compter trois membres supplémentaires.

Gmelin, nouvelle représentante des athlètes

Le Comité exécutif de Swiss Olympic a également approuvé les autres changements. Jeannine Gmelin, championne du monde d'aviron en 2017, a ainsi été élue deuxième représentante des athlètes au côté du spécialiste de course d'orientation Matthias Kyburz. Elle remplace l'ex-nageuse Martina van Berkel, qui a démissionné.

L'Assemblée a en outre accepté comme nouvelles fédérations membres la Swiss Breaking Federation, la fédération du nouveau sport olympique qu'est le breakdance, et la Swiss Cheer Association (SCA), la fédération du cheerleading.

smh, ats