Open d’Australie

Malgré un public hostile, Medvedev éteint Kyrgios

ats

20.1.2022 - 12:45

Ses nerfs ont tenu ! Dans la nuit de Melbourne, Daniil Medvedev a témoigné d'un calme olympien pour barrer la route de Nick Kyrgios (ATP 115) dans un deuxième tour qui était pour lui celui de tous les dangers.

ats

20.1.2022 - 12:45

Tête de série no 2 du tableau et désormais grandissime favori de cet Open d'Australie après le forfait de Noval Djokovic, le Russe s'est imposé 7-6 (7/1) 6-4 4-6 6-3 devant un Australien dont les fulgurances, aussi belles soient-elles, ne gommeront jamais son manque de jambes et de souffle. Parfaitement protégé par une première balle qui lui a offert 31 aces, Daniil Medvedev a su élever le niveau de son jeu lorsque les circonstances l'ont exigé: dans un tie-break du premier set parfaitement négocié pour prendre les commandes du match au milieu de la quatrième manche pour éteindre l'incendie que Nick Kargios avait allumé.

«Ceux qui le font ne doivent pas avoir un grand Q.I...»

L'Australien a su enflammer la Rod Laver Arena avec un récital prodigieux dans le troisième set. Il a réussi des points fantastiques pour ravir cette manche face à un Medvedev toujours aussi impassible malgré les débordements du public. «Il n'est jamais évident de bien jouer lorsque le public vous hue entre deux services, devait glisser le Russe au micro de Jim Courier à sa sortie du court. Ceux qui le font ne doivent pas avoir un grand Q.I...»

A Melbourne, Daniel Medvedev a eu la sagesse de ne pas commettre la même erreur qu'en 2019 à New York où il avait pris un malin plaisir à se mettre le public à dos. Il avait bien failli le payer très cher contre Feliciano Lopez et contre Dominik Köpfer, deux joueurs contre lesquels il n'aurait couru aucun danger dans des circonstances «normales» . Face à Nick Kyrgios, il est resté en mode «contrôle» du premier au dernier point d'une partie longue de 2h58'.

Le cauchemar des Britanniques

Si la soirée fut belle pour Daniil Medvedev et aussi pour Nick Kyrgios qui a offert la réplique espérée, elle a tourné au cauchemar pour les Britanniques. Sans doute trop éprouvé par les efforts fournis depuis dix jours, Andy Murray (ATP 113) s'est incliné 6-4 6-4 6-4 devant le qualifié japonais Taro Daniel (ATP 120). «J'ai commis beaucoup trop de fautes», fulminait l'Ecossais. Quant à Emma Raducanu (no 17), elle a été battue 6-4 4-6 6-3 par la Monténégrine Danka Kovinic (WTA 29). La Championne de l'US Open a été diminuée par une ampoule à la main droite.

Mais si l'élimination d'Emma Raducanu ne constitue pas une grande surprise dans la mesure où il lui faudra encore bien du temps pour assimiler son statut de lauréate d'un tournoi du Grand Chelem, personne n'a vraiment vu venir les défaites des deux finalistes du dernier Masters de Guadalajara. Titrée au Mexique, Garbine Muguruza (no 3) s'est inclinée, ainsi, 6-3 6-3 devant Alizé Cornet (WTA 61) au terme d'un match à sens unique. La Niçoise, qui fêtera ses 32 ans samedi, n'a pas concédé la moindre balle de break pour s'offrir à l'occasion de sa 60e participation de rang dans un tournoi du Grand Chelem, un exploit XXL.



Victorieuse pour sa part de quatre tournois lors d'un deuxième semestre 2021 qui fut pour elle celui de tous les bonheurs, Anett Kontaveit (no 6) a, quant à elle, sombré corps et âme face à la puissance de Clara Tauson (WTA 39). A 19 ans, la Danoise possède une force de frappe vraiment impressionnante qui peut lui permettre de réussir une grande carrière.

ats