Wimbledon

Federer retrouve des couleurs face à Gasquet

ATS

1.7.2021

ATS

1.7.2021

Après un 1er tour poussif, Roger Federer (ATP 8) s'est bien repris jeudi à Wimbledon face au Français Richard Gasquet (ATP 56). Le Bâlois s'est imposé en trois sets (7-6 6-1 6-4) et s'est qualifié pour les 16es de finale, où il affrontera le Britannique Cameron Norrie (ATP 34).

Roger Federer (no 6) s'est pleinement rassuré dans son 2e tour à Wimbledon. Malmené par Adrian Mannarino (ATP 41) jusqu'à l'abandon de ce dernier mardi, le Bâlois a dominé Richard Gasquet (ATP 56) 7-6 (7/1) 6-1 6-4 jeudi. Il se mesurera au gaucher britannique Cameron Norrie (no 29) samedi en 16e de finale.

"C'était un match merveilleux pour moi. Je suis vraiment satisfait de ma performance. Le premier set fut difficile, mais j'ai livré une grande deuxième manche", s'est réjoui Roger Federer, conscient toutefois que la vérité d'un jour n'est pas nécessairement celle du (sur)lendemain.

"Je ne sais pas si je suis loin ou pas de mon tout meilleur niveau", a-t-il concédé sur le court à l'issue de ce match. "Mais il ne sert de toute manière à rien d'être à son top dans les premiers tours. Il s'agit surtout de ne pas perdre. L'important, c'est que mon niveau du jour était bon, et que je me retrouve au 3e tour."

L'adversaire idéal

Battu à 18 reprises dans leurs 20 précédents duels, Richard Gasquet constituait bien l'adversaire idéal pour un Roger Federer pas vraiment remis en confiance par le scénario de son 1er tour. Le Bâlois de bientôt 40 ans a pu faire ses gammes quasiment à sa guise sur le gazon du Centre Court de Church Road.

L'octuple vainqueur du tournoi, qui avait livré un tie-break cauchemardesque mardi pour laisser Adrian Mannarino recoller à un set partout, a mis une manche pour prendre la mesure de l'excellent Richard Gasquet. Il a pu évoluer de manière bien plus relâchée après le gain de ce premier set, survolant les débats dans le deuxième.

La résistance de Richard Gasquet fut à nouveau plus nette dans la troisième manche. Mais il n'a rien pu faire pour entraver la marche en avant d'un Roger Federer bien plus inspiré que mardi. Au final, le Bâlois a armé pas moins de 50 coups gagnants, pour seulement 26 fautes directes dont 13 commises dans la première manche.

Un test face à Norrie

Cette démonstration fera le plus grand bien au moral de Roger Federer, qui n'a en outre pas perdu son service jeudi en fin d'après-midi. Elle lui permettra d'appréhender dans de bien meilleures dispositions le test qu'il subira en 16e de finale face au solide Cameron Norrie.

Le Bâlois n'a encore jamais affronté le Britannique de 25 ans, en progrès constants depuis le début de la saison. Il découvrira un joueur en pleine confiance: Cameron Norrie vient de disputer sur le gazon du Queen's sa troisième finale de l'année pour obtenir le meilleur classement de sa carrière (34e).

"Je m'attends à un match difficile. Tout se passe bien pour lui, mais ça suffit, il faut qu'il sorte du tournoi", a rigolé Roger Federer, qui s'attend à ce que le public vibre pour son adversaire. "S'il est pour lui, je comprendrais. Et s'il me soutient, ça sera à cause des vingt dernières années et de tout ce qui s'est passé ici."