Nadal : «Djokovic connaissait les conditions depuis des mois»

Nicolas Larchevêque

6.1.2022

Engagé dans le tournoi ATP 250 de Melbourne, Rafael Nadal (ATP 6) a livré ses impressions sur la situation que traverse Novak Djokovic. Ce dernier, qui est arrivé mercredi à Melbourne pour y disputer l'Open d'Australie, a vu son visa être annulé et est en attente jusqu'à lundi d'une éventuelle expulsion.

Il n'est pas certain que Novak Djokovic et Rafael Nadal se retrouvent cette année à Melbourne.
Keystone

Nicolas Larchevêque

6.1.2022

Alors que le monde du tennis est accroché au sort de Novak Djokovic, Rafael Nadal a, lui, renoué avec les joies de la compétition dans la nuit de mercredi à jeudi. Cinq mois après son dernier match officiel, l'Espagnol s'est imposé en deux sets (6-2 7-5) contre le Lituanien Ricardas Berankis (ATP 104) au 2e tour du tournoi Melbourne.

Celui qui est désormais 6e au classement ATP était forcément heureux de retrouver un court, lui qui n'avait plus joué sur le circuit depuis le 6 août 2021 et sa défaite en 8es de finale à Washington en raison d'une blessure à un pied. De plus, il avait vu sa préparation australienne être perturbée en décembre par le coronavirus, qui l'a cloué «au lit plusieurs jours sans pouvoir beaucoup bouger».



Mais passées les joies de ce retour gagnant, Nadal n'a pas pu éviter le sujet chaud de ces dernières 24 heures au moment de se présenter devant la presse. «Ce qui se passe n'est bon pour personne d'après moi. Je n'ai pas tous les détails donc je ne peux pas avoir un avis tranché. Tout ce que je peux dire, c'est qu'on traverse une période très difficile», a ainsi déclaré le Majorquin à propos de la situation de son rival Djokovic, toujours interdit d'entrée en Australie et sous la menace d'une expulsion (une décision sera prise lundi prochain).

«Beaucoup de familles ont énormément souffert ces deux dernières années avec la pandémie. C'est normal que les gens, ici en Australie, soient énervés par cette situation avec tous les confinements très stricts qu'ils ont vécus. Beaucoup de gens ne pouvaient pas rentrer chez eux», a ajouté le joueur de 35 ans, selon les dires rapportés par «L'Equipe».



Toutefois, le roi de Roland-Garros ne souhaite pas s'ériger en donneur de leçon face au numéro un mondial. Ce dernier s'est toujours opposé à la vaccination obligatoire et son statut vaccinal est inconnu. Une décision qui ne regarde point Nadal.

«Je n'encourage personne (à se faire vacciner). Chacun doit faire ce qui paraît bon pour lui. Mais il y a des règles. Si tu ne veux pas te faire vacciner, tu peux avoir des problèmes. Beaucoup de gens sont morts depuis deux ans. Mon sentiment, c'est que le vaccin est la seule solution pour arrêter cette pandémie. C'est ce que les scientifiques disent. Je ne suis personne pour dire autre chose», a alors estimé le gauche de Manacor.

Avant d'adresser un dernier message au Serbe : «Je pense que, s'il (ndlr : Djokovic) le voulait, il aurait pu jouer ici en Australie sans souci. Il a fait ses choix. Chacun est libre de ses choix, mais, derrière, il y a des conséquences. Évidemment, la situation ne me plaît pas. D'un côté, je suis désolé pour lui. Mais de l'autre, il connaissait les conditions depuis des mois. Il a fait son choix».