Open d'Australie

Open d'Australie : la femme de Novak Djokovic sort du silence

AFP / Nicolas Larchevêque

7.1.2022

Novak Djokovic s'est réveillé une nouvelle fois vendredi, jour du Noël orthodoxe, dans un centre de rétention de Melbourne, après l'annulation de son visa en raison du flou entourant sa situation vaccinale, une affaire qui suscite toujours la polémique en Australie, mais aussi en Serbie.

Jelena Djokovic a exprimé sa peine d'être séparée de son mari en ce jour de Noël orthodoxe.
Jelena Djokovic a exprimé sa peine d'être séparée de son mari en ce jour de Noël orthodoxe.
Keystone

AFP / Nicolas Larchevêque

7.1.2022

«Nous venons le soutenir parce que c'est notre Noël et qu'il traverse une période difficile»: comme Sash Aleksic, un supporter du «Djoker», une cinquantaine de personnes se sont rassemblées vendredi devant un établissement utilisé par le gouvernement pour retenir des personnes en situation irrégulière et où se trouverait le joueur serbe, même si sa présence n'y a pas été officiellement confirmée.

«Il y aurait évidemment beaucoup plus de monde si les gens n'avaient pas d'obligations familiales aujourd'hui (ndlr : vendredi)», assure Sash Aleksic. Parmi les manifestants, des militants défendant les droits des migrants et des «antivax» ou des fans du joueur.



Le Serbe a été placé en rétention après l'annulation de son visa d'entrée en Australie, dans la nuit de mercredi à jeudi, au motif qu'il ne remplissait pas les strictes conditions d'entrée sur le territoire imposées dans le cadre de la lutte contre le Covid-19. La plupart des étrangers ne sont pas autorisés à se rendre en Australie, et ceux qui le peuvent doivent être entièrement vaccinés. Seuls les ressortissants australiens peuvent bénéficier d'une dérogation médicale - comme celle dont se prévalait le N.1 mondial à son départ pour Melbourne.

Selon le gouvernement australien, les papiers du joueur de 34 ans, qui s'était opposé à la vaccination obligatoire et dont le statut vaccinal est inconnu, ne répondaient pas aux conditions exigées en la matière. Il a donc été placé en rétention dans l'attente de son expulsion.

Jeudi à Belgrade, la famille du joueur avait déjà organisé une manifestation de soutien à son protégé. Sans contenir sa fureur, le père du tennisman, Srdjan Djokovic, s'est adressé à la foule rassemblée à Belgrade pour dénoncer une «chasse aux sorcières politique» et un «corona-fascisme».



«Jésus a été crucifié et soumis à beaucoup de choses, mais il a tenu et est encore vivant parmi nous», a déclaré le père du joueur à la veille du Noël orthodoxe. «Novak est lui aussi crucifié de la même manière, lui le meilleur sportif et homme du monde.» Le président serbe lui-même, Aleksandar Vucic, a dénoncé jeudi une «chasse politique» visant Novak Djokovic.

Jelena Djokovic s'exprime, Nick Kyrgios surprend

De son côté, la femme de Novak Djokovic, Jelena, a tenu à s'exprimer sur les réseaux sociaux en ce vendredi de fête orthodoxe. Elle a ainsi partagé sa peine d'être séparée de son mari en ce jour spécial et a tenu à remercier les personnes qui ont envoyé leur soutien au joueur serbe.

«C'est Noël aujourd'hui et je souhaite à tout le monde santé et bonheur, ensemble dans les familles. Nous aimerions être réunis aujourd'hui, mais je me console en me disant que nous avons la santé. Nous sortirons grandis de cette expérience», a-t-elle souligné sur son compte Twitter.

Avant d'ajouter : «Merci à tous ceux qui, partout dans le monde, ont utilisé leur voix pour envoyer de l'amour à mon mari. Je prends une profonde inspiration pour me calmer et trouver la gratitude (et la compréhension) en ce moment pour tout ce qui se passe. La seule loi que nous devrions tous respecter, quelle que soit la frontière, est l'amour et le respect d'un autre être humain. L'amour et le pardon ne sont jamais une erreur mais une force puissante.»

Par ailleurs, plusieurs joueurs ont aussi manifesté leur interrogations quant à l'exemption obtenue par Djokovic, mais ce dernier a enregistré vendredi le soutien - plutôt inattendu - du fantasque Nick Kyrgios.

«Je me suis fait vacciner à cause des autres et pour la santé de ma mère, mais la façon dont nous gérons la situation de Novak est mauvaise, vraiment mauvaise», a déclaré la star australienne, qui avait pourtant été très critique quand Djokovic avait organisé en juin 2020, au début de la pandémie, un «Adria Tour» en faisant fi de toutes les mesures de précaution sanitaires.