L'intelligence artificielle pour diagnostiquer des maladies

11.2.2019 - 20:10, ATS

Un algorithme d'intelligence artificielle s'est montré aussi efficace que des pédiatres pour diagnostiquer des maladies chez des enfants (photo symbolique).
Source: KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER

Un algorithme d'intelligence artificielle s'est montré aussi efficace que des pédiatres pour diagnostiquer des maladies chez des enfants, montre une étude publiée lundi. C'est une nouvelle prouesse pour cette technologie en passe de révolutionner le diagnostic.

«C'est la première fois que l'intelligence artificielle parvient à imiter le raisonnement clinique d'un médecin (...) pour établir un diagnostic», a expliqué le Pr Kang Zhang, de l'université de Californie à San Diego.

Le programme développé par son équipe s'est «entraîné» à partir des données provenant de plus d'1,3 million de consultations de jeunes patients dans un grand centre médical pédiatrique de Canton, dans le sud de la Chine, explique l'article publié en ligne par la revue Nature Medicine.

Aider les médecins

L'expérience s'est traduite par «un niveau de pertinence très élevé» pour le diagnostic de maladies communes comme la grippe (à 94%), la varicelle (93%) ou la maladie infectieuse pieds-mains-bouche (97%). Elle s'est également montrée efficace pour reconnaître des maladies potentiellement mortelles telles que la méningite bactérienne (93%).

«L'intelligence artificielle est amenée à jouer un rôle croissant à l'avenir. Avec suffisamment d'entraînement, je pense qu'elle sera en mesure de remplir la plupart des fonctions d'un médecin», veut croire Kang Zhang. «Elle ne remplacera pas les médecins (...) mais elle pourra les aider à faire mieux leur travail», ajoute-t-il.

Les progrès rapides de ces technologies pourraient notamment «aider les médecins à analyser de grands volumes de données, renforcer l'évaluation des diagnostics et fournir une aide à la décision en cas d'incertitude diagnostique», pronostique Nature Medicine dans un communiqué.

Analyser un discours spontané

De nombreuses études récentes concluent à une efficacité égale voire supérieure de l'intelligence artificielle par rapport aux humains et aux examens traditionnels pour établir certains types de diagnostics. En janvier, une étude de la revue du National Cancer Institute montrait qu'un algorithme était parvenu dans 91% des cas à détecter des cellules précancéreuses à partir d'images du col de l'utérus, contre 69% pour un expert humain, et 71% pour des examens conventionnels, comme le frottis cervical.

La nouveauté du programme développé par Kang Zhang et ses collègues est l'utilisation du traitement automatique du langage naturel (TALN). La machine est ainsi en mesure d'analyser un discours spontané par opposition à des mots et des phrases pré-définis.

Elle a pu synthétiser toutes sortes de données médicales: des résultats de tests sanguins, des radiographies, mais aussi la description des symptômes, l'historique médical du patient ou encore les notes écrites prises par le médecin. Dans l'étude, la langue chinoise a été utilisée, mais le principe est transposable à d'autres langues comme le français ou l'anglais, affirme Kang Zhang.

Les plus gros échecs de la CIA

La CIA dispose de bien moins de moyens que le FBI ou la NSA, mais l'agence fédérale américaine jouit d'une notoriété internationale, qu'il ne faut toutefois pas confondre avec de la popularité.
La mise à feu de la première bombe nucléaire soviétique sur l'archipel russe de Nouvelle-Zemble le 29 août 1949 a eu l'effet d'une douche froide sur l'agence de renseignements. La CIA ne savait rien de l'agenda nucléaire de son principal adversaire, ni des actions de divulgation menées par plusieurs des collaborateurs du programme d'armement nucléaire américain.
En avril 1961, la tentative d'invasion militaire de Cuba (débarquement de la baie des Cochons), menée avec le soutien discret de la CIA, s'est terminée de façon humiliante pour les États-Unis. Des centaines de Cubains anticommunistes en exil ont perdu la vie, et un nombre encore plus important de combattants a été capturé. Les journaux avaient déjà commencé à parler de cette troupe d'invasion hétéroclite des mois avant l'attaque. Le président américain John F. Kennedy, qui était alors au pouvoir depuis peu, a dû assumer toute la responsabilité de cet échec.
Cette défaite a rendu le recueil d'informations à Cuba presque impossible pour la CIA. C'est donc un peu par hasard que le 15 octobre 1962, un avion d'espionnage a découvert que des missiles soviétiques à moyenne portée avec ogives nucléaires étaient stationnés sur l'île communiste des Caraïbes. La crise de Cuba qui en a résulté a failli déclencher une nouvelle guerre mondiale entre les deux superpuissances, une guerre qui aurait alors pu être menée avec des armes nucléaires.
Voir 11 autres images
[ { "src": "https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/73f714f1-3e67-48a1-8bd2-4da661f11b40.jpeg?rect=42%2C0%2C940%2C707&w=1024&auto=format", "srcset": "https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/73f714f1-3e67-48a1-8bd2-4da661f11b40.jpeg?rect=42%2C0%2C940%2C707&w=1024&auto=format 1024w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/73f714f1-3e67-48a1-8bd2-4da661f11b40.jpeg?rect=42%2C0%2C940%2C707&w=750&auto=format 750w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/73f714f1-3e67-48a1-8bd2-4da661f11b40.jpeg?rect=42%2C0%2C940%2C707&w=620&auto=format 620w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/73f714f1-3e67-48a1-8bd2-4da661f11b40.jpeg?rect=42%2C0%2C940%2C707&w=450&auto=format 450w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/73f714f1-3e67-48a1-8bd2-4da661f11b40.jpeg?rect=42%2C0%2C940%2C707&w=320&auto=format 320w", "sizes": "90vw", "subHtml": "<h1>Les plus gros échecs de la CIA</h1><p>La CIA dispose de bien moins de moyens que le FBI ou la NSA, mais l&apos;agence fédérale américaine jouit d&apos;une notoriété internationale, qu&apos;il ne faut toutefois pas confondre avec de la popularité.<br/>Photo: Keystone/Getty Images</p>" } , { "src": "https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/52466bb9-a320-4dcf-95f8-9f03dffe9030.jpeg?rect=0%2C37%2C1200%2C902&w=1024&auto=format", "srcset": "https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/52466bb9-a320-4dcf-95f8-9f03dffe9030.jpeg?rect=0%2C37%2C1200%2C902&w=1024&auto=format 1024w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/52466bb9-a320-4dcf-95f8-9f03dffe9030.jpeg?rect=0%2C37%2C1200%2C902&w=750&auto=format 750w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/52466bb9-a320-4dcf-95f8-9f03dffe9030.jpeg?rect=0%2C37%2C1200%2C902&w=620&auto=format 620w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/52466bb9-a320-4dcf-95f8-9f03dffe9030.jpeg?rect=0%2C37%2C1200%2C902&w=450&auto=format 450w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/52466bb9-a320-4dcf-95f8-9f03dffe9030.jpeg?rect=0%2C37%2C1200%2C902&w=320&auto=format 320w", "sizes": "90vw", "subHtml": "<h1>Les plus gros échecs de la CIA</h1><p>La mise à feu de la première bombe nucléaire soviétique sur l&apos;archipel russe de Nouvelle-Zemble le 29 août 1949 a eu l&apos;effet d&apos;une douche froide sur l&apos;agence de renseignements. La CIA ne savait rien de l&apos;agenda nucléaire de son principal adversaire, ni des actions de divulgation menées par plusieurs des collaborateurs du programme d&apos;armement nucléaire américain.<br/>Photo: Keystone/Getty Images</p>" } , { "src": "https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/3eeb2df9-df5f-4dac-93ce-8afb1e548b13.jpeg?rect=74%2C0%2C887%2C667&w=1024&auto=format", "srcset": "https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/3eeb2df9-df5f-4dac-93ce-8afb1e548b13.jpeg?rect=74%2C0%2C887%2C667&w=1024&auto=format 1024w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/3eeb2df9-df5f-4dac-93ce-8afb1e548b13.jpeg?rect=74%2C0%2C887%2C667&w=750&auto=format 750w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/3eeb2df9-df5f-4dac-93ce-8afb1e548b13.jpeg?rect=74%2C0%2C887%2C667&w=620&auto=format 620w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/3eeb2df9-df5f-4dac-93ce-8afb1e548b13.jpeg?rect=74%2C0%2C887%2C667&w=450&auto=format 450w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/3eeb2df9-df5f-4dac-93ce-8afb1e548b13.jpeg?rect=74%2C0%2C887%2C667&w=320&auto=format 320w", "sizes": "90vw", "subHtml": "<h1>Les plus gros échecs de la CIA</h1><p>En avril 1961, la tentative d&apos;invasion militaire de Cuba (débarquement de la baie des Cochons), menée avec le soutien discret de la CIA, s&apos;est terminée de façon humiliante pour les États-Unis. Des centaines de Cubains anticommunistes en exil ont perdu la vie, et un nombre encore plus important de combattants a été capturé. Les journaux avaient déjà commencé à parler de cette troupe d&apos;invasion hétéroclite des mois avant l&apos;attaque. Le président américain John F. Kennedy, qui était alors au pouvoir depuis peu, a dû assumer toute la responsabilité de cet échec.<br/>Photo: Keystone/Getty Images</p>" } , { "src": "https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/008e2e0c-2a42-4fc7-abd7-da8fcbce1ac3.jpeg?rect=0%2C0%2C1024%2C770&w=1024&auto=format", "srcset": "https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/008e2e0c-2a42-4fc7-abd7-da8fcbce1ac3.jpeg?rect=0%2C0%2C1024%2C770&w=1024&auto=format 1024w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/008e2e0c-2a42-4fc7-abd7-da8fcbce1ac3.jpeg?rect=0%2C0%2C1024%2C770&w=750&auto=format 750w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/008e2e0c-2a42-4fc7-abd7-da8fcbce1ac3.jpeg?rect=0%2C0%2C1024%2C770&w=620&auto=format 620w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/008e2e0c-2a42-4fc7-abd7-da8fcbce1ac3.jpeg?rect=0%2C0%2C1024%2C770&w=450&auto=format 450w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/008e2e0c-2a42-4fc7-abd7-da8fcbce1ac3.jpeg?rect=0%2C0%2C1024%2C770&w=320&auto=format 320w", "sizes": "90vw", "subHtml": "<h1>Les plus gros échecs de la CIA</h1><p>Cette défaite a rendu le recueil d&apos;informations à Cuba presque impossible pour la CIA. C&apos;est donc un peu par hasard que le 15 octobre 1962, un avion d&apos;espionnage a découvert que des missiles soviétiques à moyenne portée avec ogives nucléaires étaient stationnés sur l&apos;île communiste des Caraïbes. La crise de Cuba qui en a résulté a failli déclencher une nouvelle guerre mondiale entre les deux superpuissances, une guerre qui aurait alors pu être menée avec des armes nucléaires.<br/>Photo: Keystone/Getty Images</p>" } , { "src": "https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/c165771b-adf6-4e21-8891-8222667751bc.jpeg?rect=82%2C0%2C861%2C647&w=1024&auto=format", "srcset": "https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/c165771b-adf6-4e21-8891-8222667751bc.jpeg?rect=82%2C0%2C861%2C647&w=1024&auto=format 1024w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/c165771b-adf6-4e21-8891-8222667751bc.jpeg?rect=82%2C0%2C861%2C647&w=750&auto=format 750w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/c165771b-adf6-4e21-8891-8222667751bc.jpeg?rect=82%2C0%2C861%2C647&w=620&auto=format 620w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/c165771b-adf6-4e21-8891-8222667751bc.jpeg?rect=82%2C0%2C861%2C647&w=450&auto=format 450w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/c165771b-adf6-4e21-8891-8222667751bc.jpeg?rect=82%2C0%2C861%2C647&w=320&auto=format 320w", "sizes": "90vw", "subHtml": "<h1>Les plus gros échecs de la CIA</h1><p>Alors que la CIA était au courant du déploiement de troupes égyptiennes et syriennes contre Israël, elle s&apos;est fait surprendre par l&apos;éclatement soudain de la guerre du Kippour en octobre 1973. Les analystes de Langley ne s&apos;attendaient manifestement pas à une attaque immédiate. Cependant, l&apos;agence de renseignement israélienne du Mossad n&apos;avait elle non plus pas bien interprété les signes. Durant cette prise d&apos;armes, les forces armées arabes ont pu enregistrer pas mal de succès psychologiques et faire 340 prisonniers de guerre israéliens.<br/>Photo: Keystone/Getty Images</p>" } , { "src": "https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/f3886a51-bdf9-4d56-9b61-a7de5a05066c.jpeg?rect=146%2C0%2C1036%2C779&w=1024&auto=format", "srcset": "https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/f3886a51-bdf9-4d56-9b61-a7de5a05066c.jpeg?rect=146%2C0%2C1036%2C779&w=1024&auto=format 1024w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/f3886a51-bdf9-4d56-9b61-a7de5a05066c.jpeg?rect=146%2C0%2C1036%2C779&w=750&auto=format 750w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/f3886a51-bdf9-4d56-9b61-a7de5a05066c.jpeg?rect=146%2C0%2C1036%2C779&w=620&auto=format 620w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/f3886a51-bdf9-4d56-9b61-a7de5a05066c.jpeg?rect=146%2C0%2C1036%2C779&w=450&auto=format 450w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/f3886a51-bdf9-4d56-9b61-a7de5a05066c.jpeg?rect=146%2C0%2C1036%2C779&w=320&auto=format 320w", "sizes": "90vw", "subHtml": "<h1>Les plus gros échecs de la CIA</h1><p>Face à la Révolution iranienne de 1979, la succursale de la CIA basée à Téhéran a d&apos;abord réussi à maintenir le régime du Shah perse pendant quelques mois encore, mais l&apos;Ayatollah est finalement parvenu à renverser le dirigeant. Les États-Unis ont ensuite été diabolisés par Khomeiny.<br/>Photo: Keystone/Getty Images</p>" } , { "src": "https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/2b50af4f-ce23-4d38-832a-29b756e39301.jpeg?rect=74%2C0%2C1052%2C791&w=1024&auto=format", "srcset": "https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/2b50af4f-ce23-4d38-832a-29b756e39301.jpeg?rect=74%2C0%2C1052%2C791&w=1024&auto=format 1024w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/2b50af4f-ce23-4d38-832a-29b756e39301.jpeg?rect=74%2C0%2C1052%2C791&w=750&auto=format 750w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/2b50af4f-ce23-4d38-832a-29b756e39301.jpeg?rect=74%2C0%2C1052%2C791&w=620&auto=format 620w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/2b50af4f-ce23-4d38-832a-29b756e39301.jpeg?rect=74%2C0%2C1052%2C791&w=450&auto=format 450w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/2b50af4f-ce23-4d38-832a-29b756e39301.jpeg?rect=74%2C0%2C1052%2C791&w=320&auto=format 320w", "sizes": "90vw", "subHtml": "<h1>Les plus gros échecs de la CIA</h1><p>En dépit de cette hostilité officielle, le chef de la CIA William J. Casey, qui marche ici à côté du président américain Ronald Reagan, a joué un rôle clé dans l&apos;affaire Iran-Contra de 1985-1986. Dans le cadre de ce scandale politique, des recettes issues de la vente secrète d&apos;armes à l&apos;Iran ont été reversées au mouvement de guérilla des Contras, au Nicaragua. En raison de son mauvais état de santé, William J. Casey a échappé à une condamnation et est décédé en 1987 des suites d&apos;une tumeur au cerveau.<br/>Photo: Keystone/Getty Images</p>" } , { "src": "https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/deb429d6-9c17-4952-98af-253bc3bbbcd1.jpeg?rect=59%2C0%2C906%2C681&w=1024&auto=format", "srcset": "https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/deb429d6-9c17-4952-98af-253bc3bbbcd1.jpeg?rect=59%2C0%2C906%2C681&w=1024&auto=format 1024w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/deb429d6-9c17-4952-98af-253bc3bbbcd1.jpeg?rect=59%2C0%2C906%2C681&w=750&auto=format 750w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/deb429d6-9c17-4952-98af-253bc3bbbcd1.jpeg?rect=59%2C0%2C906%2C681&w=620&auto=format 620w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/deb429d6-9c17-4952-98af-253bc3bbbcd1.jpeg?rect=59%2C0%2C906%2C681&w=450&auto=format 450w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/deb429d6-9c17-4952-98af-253bc3bbbcd1.jpeg?rect=59%2C0%2C906%2C681&w=320&auto=format 320w", "sizes": "90vw", "subHtml": "<h1>Les plus gros échecs de la CIA</h1><p>La CIA ne s&apos;attendait pas non plus à la chute du mur de Berlin en novembre 1989, qui a signé la disparition de la RDA. Cependant, comme c&apos;est un malentendu du bureau politique et la réaction spontanée des habitants de Berlin-Est qui ont conduit à la prise d&apos;assaut du poste-frontière de la ville divisée, l&apos;agence de renseignement n&apos;a pas été inquiétée.<br/>Photo: Keystone/Getty Images</p>" } , { "src": "https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/33c579a5-4167-4f4a-969f-943763700b7d.jpeg?rect=0%2C12%2C1024%2C770&w=1024&auto=format", "srcset": "https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/33c579a5-4167-4f4a-969f-943763700b7d.jpeg?rect=0%2C12%2C1024%2C770&w=1024&auto=format 1024w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/33c579a5-4167-4f4a-969f-943763700b7d.jpeg?rect=0%2C12%2C1024%2C770&w=750&auto=format 750w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/33c579a5-4167-4f4a-969f-943763700b7d.jpeg?rect=0%2C12%2C1024%2C770&w=620&auto=format 620w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/33c579a5-4167-4f4a-969f-943763700b7d.jpeg?rect=0%2C12%2C1024%2C770&w=450&auto=format 450w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/33c579a5-4167-4f4a-969f-943763700b7d.jpeg?rect=0%2C12%2C1024%2C770&w=320&auto=format 320w", "sizes": "90vw", "subHtml": "<h1>Les plus gros échecs de la CIA</h1><p>Avant le 11 septembre 2001, de nombreux avertissements précis mettant en garde contre une possible attaque du groupe terroriste Al-Qaïda étaient parvenus aux autorités américaines. Cependant, il y a eu un manque d&apos;échange d&apos;informations entre la CIA et le FBI, et l&apos;administration Bush s&apos;est comportée de façon passive. Suite à cet échec, les directives d&apos;intervention de la CIA ont été modifiées en profondeur.<br/>Photo: Keystone/Getty Images</p>" } , { "src": "https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/00459454-af89-4072-805b-7a0d2a15a68d.jpeg?w=1024&auto=format", "srcset": "https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/00459454-af89-4072-805b-7a0d2a15a68d.jpeg?w=1024&auto=format 1024w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/00459454-af89-4072-805b-7a0d2a15a68d.jpeg?w=750&auto=format 750w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/00459454-af89-4072-805b-7a0d2a15a68d.jpeg?w=620&auto=format 620w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/00459454-af89-4072-805b-7a0d2a15a68d.jpeg?w=450&auto=format 450w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/00459454-af89-4072-805b-7a0d2a15a68d.jpeg?w=320&auto=format 320w", "sizes": "90vw", "subHtml": "<h1>Les plus gros échecs de la CIA</h1><p>Le gouvernement Bush voulait peut-être à tout prix la guerre contre Saddam Hussein, mais la CIA a également joué un rôle peu glorieux dans le rassemblement de présumés arguments en faveur d&apos;une intervention militaire en Irak en 2002/2003. Les éléments prouvant l’utilisation d’armes de destruction massive et de laboratoires mobiles étaient en réalité faux.<br/>Photo: Keystone/Getty Images</p>" } , { "src": "https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/251f30cb-021a-4d54-b780-e5329a315d74.jpeg?rect=69%2C0%2C1061%2C798&w=1024&auto=format", "srcset": "https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/251f30cb-021a-4d54-b780-e5329a315d74.jpeg?rect=69%2C0%2C1061%2C798&w=1024&auto=format 1024w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/251f30cb-021a-4d54-b780-e5329a315d74.jpeg?rect=69%2C0%2C1061%2C798&w=750&auto=format 750w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/251f30cb-021a-4d54-b780-e5329a315d74.jpeg?rect=69%2C0%2C1061%2C798&w=620&auto=format 620w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/251f30cb-021a-4d54-b780-e5329a315d74.jpeg?rect=69%2C0%2C1061%2C798&w=450&auto=format 450w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2018/3/28/251f30cb-021a-4d54-b780-e5329a315d74.jpeg?rect=69%2C0%2C1061%2C798&w=320&auto=format 320w", "sizes": "90vw", "subHtml": "<h1>Les plus gros échecs de la CIA</h1><p>La CIA considère la découverte de l&apos;«Operation Gold» comme un triomphe et non comme une défaite. À partir de 1955, dans le cadre d&apos;une opération d&apos;espionnage menée en collaboration avec le «Secret Intelligence Service» britannique, elle s&apos;était attelée à mettre des lignes téléphoniques sur écoute et à éplucher les conversations de l&apos;Armée rouge au moyen d&apos;un tunnel creusé sous la frontière intérieure allemande. Le tunnel a seulement été découvert après onze mois. À Langley, on peut voir une réplique de cette structure d&apos;espionnage particulièrement coûteuse.<br/>Photo: Keystone/Getty Images</p>" } ]
Retour à la page d'accueil

Plus d'articles