La raison pour laquelle les Beatles ont refusé de se reformer

CoverMedia

6.7.2020 - 13:05

Source: FayesVision/WENN.com

Les Beatles auraient pu devenir encore plus riches s'ils avaient accepté de se reformer dans les années 70, peu après leur séparation. Comme il l'a révélé dans le Sunday Mirror, Ringo Starr en avait parlé aux autres membres du groupe, avant de dire non à la proposition.

Les Beatles ont refusé une offre très lucrative de concert de reformation pour une raison surprenante: d'après Ringo Starr, la première partie aurait été assurée par un spectacle bizarre dans lequel «un mec devait mordre un requin».

La proposition aurait été faite en 1976, six années après la séparation des Fab Four, pour la modique somme de 62,4 millions de dollars (environ 250 millions de dollars aujourd'hui si l'on tient compte de l'inflation), mais si le batteur du groupe en a parlé aux autres membres du groupe Paul McCartney, John Lennon et George Harrison, ils auraient finalement refusé.

«On a failli se réunir une fois. Il y avait une offre totalement folle. On s'est appelés pour voir ce qu'on en pensait. On a décidé de ne pas le faire parce que la première partie, c'était un gars qui mordait un requin. Alors on a dit non», a-t-il expliqué dans le Sunday Mirror.

«On continuerait à faire ce qu'on aime faire»

D'après le rockeur, c'était la seule offre crédible envisagée par le groupe avant qu'il ne devienne impossible de se reformer quand John Lennon a été abattu devant chez lui à New York en 1980.

George Harrison est mort en 2001, mais si tous étaient restés vivants, il ne fait aucun doute pour Ringo Starr qu'ils se seraient un jour réunis. «Si John et George n'étaient pas morts, c'est une vraie possibilité. Paul et moi sommes toujours sur la route. John aurait toujours été sur la route. Je ne sais pas vraiment pour George. Mais on continuerait à faire ce qu'on aime faire», a assuré l'artiste.

Ringo Starr va retrouver Paul McCartney pour son 80e anniversaire ce mardi 7 juillet lors d'un concert caritatif retransmis sur YouTube, pour lequel il a invité Sheryl Crow, Gary Clark Jr., Sheila E. et Ben Harper.

Retour à la page d'accueil