CHUV et EPFL: découverte d'un nouvel anticorps neutralisant très puissant contre les variants du Covid-19

sj, ats

12.10.2021 - 17:00

Image d'une cellule infectée par le SARS-CoV-2, l'actuel coronavirus (archives).
ATS

Le CHUV et l'EPFL ont fait une importante découverte pour lutter contre la pandémie de Covid-19. Ils ont trouvé un anticorps monoclonal très puissant ciblant la protéine Spike du SARS-CoV-2, l'actuel coronavirus. Il peut largement neutraliser ses différents variants.

sj, ats

12.10.2021 - 17:00

«Le développement de ce nouvel anticorps neutralisant marque une étape décisive dans la lutte contre la pandémie de Covid-19», indiquent mardi le CHUV et l'EPFL dans un communiqué commun. «Il ouvre la voie à une amélioration de la prise en charge des formes sévères de la maladie et à de nouvelles mesures prophylactiques prometteuses, en tant que médicament, en particulier pour les personnes dont le système immunitaire est affaibli», disent-ils.

L'anticorps découvert pourrait aussi être utilisé dans le cadre d'une thérapie combinée pour réduire la sévérité de la maladie chez les personnes infectées par le SARS-CoV-2, affirment-ils. Les essais cliniques doivent démarrer fin 2022.

Cette découverte n'a cependant pas vocation à remplacer la vaccination, qui reste le moyen le plus efficace de se protéger contre l'infection, insistent le Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) et l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL).

Blocage efficace

L'anticorps en question a été isolé à partir des lymphocytes (globules blancs) d'un patient Covid-19 dans le cadre de l'étude ImmunoCoV réalisée par le Service d'immunologie et d'allergologie du CHUV. L'anticorps est l'un des plus puissants identifiés à ce jour contre le virus SARS-CoV-2, selon ces travaux publiés dans la revue Cell Reports.

«Son analyse structurelle montre qu'il se lie à un endroit qui n'est pas sujet aux mutations sur la protéine virale Spike. Grâce à cette interaction étroite, l'anticorps bloque efficacement la liaison de la protéine Spike aux cellules exprimant les récepteurs ACE2, qui sont la cible du virus pour entrer et infecter les cellules du poumon», détaillent-ils.

L'anticorps arrête ainsi le cycle de réplication virale et conduit à l'élimination du virus par le système immunitaire. Cet effet protecteur a été démontré in vivo, lorsque des hamsters traités par l'anticorps étaient protégés de l'infection après avoir été exposés à une dose hautement infectieuse de virus.

Durée d'action prolongée

Au-delà de l'activité antivirale, les chercheurs ont conçu l'anticorps pour qu'il ait une durée d'action prolongée chez l'homme. Un anticorps classique non modifié aura des effets protecteurs pendant 3 à 4 semaines maximum. Ici, l'anticorps développé agira durant 4 à 6 mois, relèvent-ils.

«Il devient dès lors une option préventive très intéressante pour protéger les personnes vulnérables non vaccinées ou les personnes vaccinées incapables de produire une réponse immunitaire. Les personnes immunodéprimées, les personnes ayant subi une transplantation d'organe et certains patients atteints de cancer pourront être protégés grâce à une injection de l’anticorps deux à trois fois par an», affirment les chercheurs.

Sur la base de ces «résultats prometteurs», le CHUV et l'EPFL – dans le cadre de la conclusion d'accords de collaboration et de propriété intellectuelle – sont en discussion avec une start-up qui aura pour mission d'assurer la production et le développement clinique de ces «super anticorps».

Les recherches ont été menées par les équipes du Service d'immunologie et d'allergologie du CHUV, dirigées par Giuseppe Pantaleo et Craig Fenwick, et par le Laboratoire de virologie et de génétique de l'EPFL, dirigé par Didier Trono et Priscilla Turelli. L'équipe de recherche a pu réagir rapidement à la pandémie en découvrant des anticorps neutralisants grâce au soutien depuis de nombreuses années de l'Institut suisse de recherche sur les vaccins.

sj, ats