Les organisateurs de festivals s'opposent aux concerts assis

Covermedia

9.6.2021 - 14:08

Covermedia

9.6.2021 - 14:08

« Les concerts assis, ça ne tient pas debout », c'est avec ce slogan que les organisateurs de concert entendent faire pression sur le gouvernement pour obtenir des directives claires et applicables pour les salles et festivals de musique live. Une campagne qui sera déclinée sur tous les réseaux sociaux, Twitter, Instagram, Facebook, comme l'explique un communiqué de presse.

Les organisateurs de concerts sont en colère. Alors que les salles de spectacle rouvrent progressivement et que les concerts peuvent à nouveau être planifiés, les festivals de musique, dont beaucoup ont lieu pendant la période estivale, ne savent pas vraiment comment ils vont pouvoir s'organiser, en raison d'une situation sanitaire encore instable.

Le syndicat des musiques actuelles (SMA), qui regroupe des professionnels du secteur de la musique, a donc décidé de lancer la campagne « Les concerts assis, ça ne tient pas debout ». Une manière de protester contre la décision du gouvernement, qui prévoit qu'au 1er juillet, une limite de 4 mètres carrés par personne sera mise en place.

« Cette nouvelle jauge de 4 mètres carrés par personne reviendrait à réduire la jauge habituelle par 12. Ainsi, de manière surprenante et sans justification sanitaire, les configurations assises pourraient donc, dès le 1er juillet, compter davantage de spectateurs que les configurations debout », peut-on lire dans un communiqué de presse du SMA. Qui demande par ailleurs « un retour des configurations debout dès le 1er juillet, assorti d'un protocole juste, clair et applicable ».

Le mot-clé étant donc applicable, puisque sans spectateurs debout, les organisateurs de concerts estiment qu'il sera impossible de mobiliser le public. La campagne, essentiellement lancée sur les réseaux sociaux, se poursuivra du 9 au 21 juin et devrait être assortie de prises de parole, de textes et de captations, qui tournent toutes autour de la musique live.

Covermedia